Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kezako du livre

Kezako = "Qu'est-ce que c'est ?"

Publié le par Ambroisie
Publié dans : #challenge ABC 2013 : Littératures de l'Imaginaire

Editions Pocket, Classique
Publication : 4 juillet 1865 (VO), 1 janvier 1955 (VF) _ Réédition : 18 mars 2010
125 pages _ 1,55 €

 

4ème de couverture : « Par un jour d’été 1862, sur les berges de la Tamise, un jeune professeur d’Oxford, poète et mathématicien, improvise un conte pour distraire les trois fillettes d’un de ses amis. Charles Dodgson, alias Lewis Carroll, est en train d’improviser Alice au pays des merveilles. Assise au bord de la rivière, Alice s’ennuyait un peu quand soudain, venu de nulle part, surgit un lapin blanc pressé de regagner son terrier. N’hésitant pas à le suivre, Alice pénètre dans un monde de prodiges et de menaces qui n’est autre que le royaume de l’enfance. Et voici le chat de Cheshire à l’étrange sourire, la terrible Reine de cœur, le Chapelier fou et le Lièvre de Mars, la Fausse Tortue et le Valet-Poisson… Un siècle et demi plus tard, ce monde enfant et absurde, surréel et symbolique, est resté le notre. »

 

Mon avis : Au risque de vous surprendre, jusqu’à présent je ne connaissais pas l’histoire d’Alice. Enfant, je n’ai jamais vu le Walt Disney à part les premières minutes chez un ami avant de devoir repartir avec ma famille. Adulte, j’ai bien regardé l’adaptation de Tim Burton mais bien que visuellement ce soit une merveille, je n’ai pas su apprécier une seule minute du film à cause des dialogues trop rapide et incompréhensible. Et pour finir, comme pour Le petit prince de Saint-Exupéry, je n’ai jamais eu à étudier cette œuvre à l’école – je ne sais si c’est un comble ou une honte.

            En tout cas, je me réjouis de l’existence de ce challenge qui est devenu un parfait prétexte pour laisser libre court à ma curiosité et à ma soif d’envi de découvrir les classiques de notre monde.

            Ce qui m’a attristé c’est qu’à travers les rumeurs, je me suis rendu compte pendant ma lecture que je connaissais les grandes lignes de ce récit. Ainsi donc, très peu de surprises pendant cette découverte mais beaucoup d’agacement face au comportement d’Alice. Cette jeune fille est vraiment insupportable ! Mais comme l’auteur en début et fin du roman fait le point sur la gentillesse et le bon cœur de cette enfant, je ne sais si pendant l’action le fait qu’elle soit tout le temps en train d’interrompre son monde, de dire des bêtises qui peuvent blesser certains personnages et posant sans cesse des questions, est à mettre sur le compte de son âge ou de son éducation ? Dans tous les cas, cette Alice est horripilante ! Ce que je trouve fort dommage car sinon j’ai adoré le décor et les personnages du pays merveille. Le fait de pouvoir grandir et rétrécir d’une bouchée. Le lapin blanc toujours en retard dans son veston, le Chapelier fou qui boit son thé, le sourire du chat de Cheshire qui disparait et apparait comme bon lui semble. Sans oublier la reine qui veut couper la tête à tout le monde !

            A côté de ses personnages hauts en couleurs, il y en a d’autres aussi moins intéressants mais important pour le final : les animaux qui parlent, la Duchesse et son bébé-cochon et la Simili-tortue. Chacun de leur passage mettant à profit le comportement exécrable d’Alice dont j’aurais aimé qu’ils ne soient jamais écrit. Mais ainsi va le monde… jusqu’au procès. Où on se rend compte avec étonnement en refermant ce petit roman que tout ceci n’était qu’un simple rêve.

            A mes yeux, cette lecture reste une très bonne découverte qui aurait pu être meilleur sans la présence d’Alice. A défaut, on se réjouis d’avoir entre les mains cette nouvelle.

Commenter cet article

Kikine 24/08/2013 04:42

C'est le livre qui m'a rendu le plus mal à l'aise en le lisant. J'en garde un très vif souvenir

Ambroisie 25/08/2013 14:43

Pourquoi mal à l'aise ?