Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kezako du livre

Kezako = "Qu'est-ce que c'est ?"

Publié le par Skelarh
Publié dans : #FINI challenge : J'aime les classiques !

Jean Anouilh

– Antigone –

Editions « Librio » - 10F  - 1942

 

4ème de couverture : 

Antigone.jpg

 « Leur amour est unique comme la nuit qui les unit après les serments. ‘Veux-tu donc partir ? Un cruel dilemme pour Roméo qui a tué le cousin de Juliette. A peine les amoureux ont-ils touché le paradis qu’ils sont obligés de se séparer.

Et s’il ne s’agissait que d’exil ! A Vérone, Capulet et Montague s’affrontent, ensanglantant la ville de leur vendetta. Juliette est Capulet ; Roméo, Montage. Il ne faudra que quatre jours à cet amour pour naître, se consommer, mourir… et se perpétuer…

Existe-t-il mythe plus vivace que celui des amants de Vérone ?»

 

 

 

L’avis :

 

N’ayant pas lut l’œuvre originale de Sophocle je m’abstiendrais de tous commentaires (mais je compte bien remédier à cette carence plus tard). J’avais lu ce livre il y a déjà pas mal de temps – comme certainement beaucoup de monde – lors de mes années lycées et je profite de ce défi « j’aime les classiques » pour dépoussiérer mes vieux titres !

Antigone, écrit par Jean ANOUILH lors de la seconde guerre mondiale et mise au goût de l’époque. On a donc ici une tragédie inspirée d’une œuvre grecque de 2000ans replacé dans un contexte politique et d’occupation. Donc forcement, il y a une certaine connotation politique entre le discours d’Antigone, qui peut faire ce qu’elle veut, et principalement dire « non » alors que Créon, le roi, ne peut que dire « oui », il n’est pas libre de faire ce qu’il souhaite, lui !

L’histoire se place après le retour d’Antigone à Thèbes, Œdipe – son père – eu les yeux crevé après avoir tué son père et eu ne relation incestueuse avec sa mère, obligé de mendier son pain. Antigone va l’assister dans ses dernières heures avant de revenir à Thèbes. Mais pendant ce temps ses deux frères se sont disputé le pouvoir, après leur mort c’est leur oncle, Créon, qui prend le pouvoir et décide d’enterrer le héros de Thèbes Etéocle est enterré alors que Polynice pourri sur la place publique. Créon ordonnera, sous peine de mort, que personne ne le recouvre selon les rites consacrés pour que son âme erre éternellement, sans repos. L’histoire d’Anouilh commence alors qu’Antigone revient de la ville au petit matin, pied nue, seule. Le corps de Polynice recouvert selon les coutumes d’usage. La tragédie commence.

 

La pièce se lit relativement bien, malgré certaines discutions répétitives et une envie de « donner des claques » à Antigone. Bornée, mais néanmoins courageuse, elle reste l’image même de l’héroïne qui ne flanche pas et meurt pour ses convictions et l’antihéros malgré cela. Le petit plus, la façon d’Anouilh a traité cette pièce, l’apparition des chœurs et du prologue donnant une touche de tragique et de burlesque. Alors que tous les personnages sont sur la scène, le prologue les présente, évoquant que beaucoup vont mourir, c’est cela une tragédie et que contrairement dans d’autres pièce, dans la tragédie, on ne se débat pas pour survivre, on sait que l’on ne finira pas. Un très bon classique, mais il ne restera pas dans mon esprit comme la meilleure tragédie que j’ai pu lire !

 

Extrait :

 

Un décor neutre. Trois portes semblables. Au lever du rideau, tous les personnages sont en scène. Ils bavardent, tricotent, jouent aux cartes.

Le prologue se détache et s’avance.

 

Le prologue

 

Voilà. Ces personnages vont vous jouer l’histoire d’Antigone. Antigone c’est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. […] Elle pense qu’elle va mourir, qu’elle est jeune et qu’elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n’y a rien à faire. Elle s’appelle Antigone et il va falloir qu’elle joue son rôle jusqu’au bout… Et, depuis que ce rideau s’est levé, elle sent qu’elle s’éloigne à une vitesse vertigineuse de sa sœur Ismène, qui bavarde et rit avec un jeune homme, de nous tous, qui sommes là bien tranquilles à les regarder, de nous qui n’avons pas à mourir ce soir.

 

 defi_classique.jpg

Commenter cet article

Luna 17/04/2011 18:33



Si il y a une pièce de théâtre à lire, c'est forcément celle-ci. Antigone de Anouilh est absolument magnifique !

Je viens d'ailleurs de poster mon avis sur cette oeuvre sur mon blog...


Joli article, je reviendrais ;)

Bonne continuation !!



Skelarh 22/04/2011 02:54



Merci pour tes encouragements :D


Il est clair que c'est une pièce sublime, si un jour j'ai le temps je relirais certainement certaines pièces de Racine comme Bérénice qui m'avait marquée
autrefois.


Je vais aller voir ton article :D



Didi 20/06/2010 10:51



Un pièce que j'ai adoré, dévoré et que je relis régulièrement... C'est comme Le petit Prince, 2 livres qui me parlent beaucoup.


J'en ai parlé dans le premier post de mon blog justement ^^'



Skelarh 14/07/2010 18:30



Désolé pour ma réponse très lente ^^


 Content que la pièce te plaise ^^ ca m'a redonné envie de relire des pièces de théatre ^^ c'est mon portefeuille qui ne va pas aimer.



Antoni 12/04/2010 10:10



J'ai lu les deux il y a moins de vingt-trois siècles environ  au collège et lycée, comme toi. J'avoue ne plus m'en
souvenir du tout. Je profiterai peut-être également du challenge pour me remettre à la page...


Bonne journée.



Skelarh 14/04/2010 19:58



Le challenge est une bonne idée pour relire nos vieux classiques exumés de nos vieilles malles couvertes de poussières ^^.


 Avais tu aimé à l'époque? Hésite pas à revenir donner le lien si tu écris un article dessus j'irai le lire avec plaisir ^^



maggie 10/04/2010 14:09



Je n'aime pas trop cette pièce non plus... je préfère Electre... Mais bon le théâtre du XXeme n'est pas ce que je préfère en général... (sauf huis clos de Sartre ! que tu m'as fait découvrir !)



Skelarh 14/04/2010 20:01



Il faut que je pense à lire Electre alors on dirait. Ca tombe bien je cherchais des classiques pour le chalenge des prochains mois ^^. C'est vrai que le théâtre
"moderne" est particulier, je préfère de loin Racine ^^ (pas le même genre j'en conviens)


Par contre, Huis-Clos a été lu par Ambroisie (et non par moi, Skelarh) ^^. Je vais allez faire un tour du côté (swan?) des signatures pour remettre un peu cela à
jour ^^.



Griwi 07/04/2010 10:51



Je me rappel avoir lu ce livre au collège (ou lycée? ), et j'avais vraiment aimé!


Une histoire d'amour captivante, des personnages émouvants, et une intrigue ... Que dire de plus?


Bref pour ceux qui ne l'ont pas lu, courrez l'acheter!



Skelarh 14/04/2010 20:07



Merci de ton commentaire Griwi et pardonne moi pour la lenteur de ma réponse, j'ai été pas mal occupé avec des voisins ^^.