Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kezako du livre

Kezako = "Qu'est-ce que c'est ?"

Publié le par Skelarh
Publié dans : #Dossier Anne Rice

Anne Rice 

 

 

Résume :

Armand-le-vampire.jpg

Au chevet de leur ami Lestat, plongé dans un profond coma au retour de son voyage aux Enfers, David Talbot, l'archiviste du Talamasca, rencontre Armand, peut-être le plus mystérieuxet sans conteste le plus séduisant des vampires. Il entreprend de lui faire raconter l'histoire de sa vie. Une histoire cruelle et flamboyante qui nous mène des steppes de la Russie, où il est enlevé par des marchands d'esclaves, à Constantinople et enfin à Venise, où il est sauvé par Marius, un peintre qui vit avec faste et dont il ignore qu'il s'agit d'un vampire...

Mais Marius, esthète et philosophe éclairé, est un homme de la Renaissance, dont le mode de vie et la tolérance suscitent la haine des autres vampires. Ses ennemis le font brûler sous les yeux d'Armand et celui-ci, emmené au loin, endoctriné, n'a d'autre choix que de se soumettre.

Commence alors pour lui une plongée dans un univers d'obscurantisme et de superstition, une errance de plusieurs siècle qui le conduit à Londres, Paris et enfin New York, où, grâce à deux enfants, Sybelle et Benji, et à la magie de la musique, il pourra enfin entrevoir une forme de rédemption.

 

Auteur culte s'il  en est, reine incontestée de la littérature fantastique qu'elle a totalement renouvelée en lui apportant sensualité et démesure, Anne Rice nous offre ici un nouveau volet de ses Chroniques des vampires, le portrait d'un personnage ambigu, complexe et fascinant.

 

 

Mon avis :


Armand---Entretien-avec-un-vampire.jpgSixième Tôme des chroniques des Vampires. Lestat est endormi depuis son voyage entre Paradis et Enfer, il nous fallait un autre protagoniste pour ce volume. C'est Armand qui s'y colle pour le grand plaisir d'Ambroisie ;-).

 

On y découvre un jeune enfant enlevé à ses parents et prit sous l'aile protectrice de Marius.Celui-ci va lui apprendre la vie alors qu'il est encore jeune et bien trop humain. On y découvre un Armand amoureux comme jamais de son maître et qui tente de se faire une place dans le monde créé pour lui et les autres disciples.

 

Un Armand d'une beauté sans égal qui va s'attirer le coeur de la belle Bianca et de Gentilhomme moins recommandable. Alors que Marius est parti surveiller "Ceux Qu'Ils Faut Garder", le jeune Amadeo sera touché par le vil poisson d'un homme éperdu d'amour. Précipitant notre futur vampire dans le monde obscure qui le meneront d'abord vers Lestat puis vers Louis.

 

Ne pleure pas, Amadeo,me dit-il à l'oreille avec tendresse

 

Suite au drame et la transformation brutale d'Amadeo, Marius s'occupera de son éducation jusqu'à l'arrivé des autres vampires de venise. Pendant cette courte période, on en apprendra plus sur la famille d'Armand et sur son don pour la peinture des Icones.

 

La dernière partie est plus récente dans le récit. Elle se passe peu de temps après le retour du Paradis de Lestat et l'apparition du voile de Véronique sur Terre. Armand racontera à David Talbot les raisons qui l'ont poussé à voler vers le soleil pour mettre fin à sa non-vie et comment il va rencontrer Benji et Sybelle, deux enfants humains qu'il amenera avec lui devant Lestat et d'autres vampires.

 

Un livre qui tranche avec les autres de la série dans le sens où ce n'est plus Lestat qui raconte ses aventures mais Armand qui nous parle de sa vie. Lestat étant, au même titre que Ceux Qu'Ils Faut Garder autrefois : inerte et sans vie. C'est David Talbot qui prendra l'écriture pour transcrire son "Interview" avec Armand.

C'est façon de faire apporte un certain renouveau à la série et, Armand oblige, très tourné vers la religion. On n'oublie pas qu'avant de devenir le maître du petit théatre de vampire, il était le chef de vampire plus Satanique dans le fin fond du cimetière des Innocents.

 

Un livre intéressant qui se laisse lire, mais moins intéréssant que les autres volumes à mon sens. Armand n'est pas vraiment mon personnage préféré de la serie et agit plus comme un enfant gâté. Certe, on comprend mieux pourquoi dans le livre, l'enfant qu'il est, bien qu'âgé de plus de 500ans, reste un homme n'ayant jamais eu d'enfance.

 

Je vous laisse découvrir la fin pour ceux qui ne la connaissent pas, mais je trouve qu'elle se rapproche de mon avis sur "Le voleur de corps", une fin en demi teinte avec des vampires qui n'en font qu'à leur tête et justifié par l'amour qu'ils ont entre eux.

 

Remarque : Les deux photos qui illustrent l'article sont respectivement la version d'Armand dans "Entretien avec un vampire" et sa version dans "La reine des damnées". Je ne sais pas pour vous, mais la version de la "Reine des damnées", bien qu'il fasse potiche dans le film, se rapproche plus de l'idée que je m'en fais... car sérieusement... Banderas pour jouer un vampire vieux de 500ans et à l'aspect de gosse de 16ans, on a déjà vu mieux.

 

Un petit extrait pour le plaisir :

 

Armand---La-reine-des-damnees.jpgJe veux vous veux, tout de suite, Marius et toi, ensemble dans mon lit, l'homme et le damoiseau, le dieu et le chérubin. Voilà ce que me disait son esprit, tandis qu'elle se rappelait. Je me vis comme dans un miroir embrumé, jeune hhomme nu, excepté pour une chmise à manche longue ouverte, assis à côté d'elle sur les oreillers, paré d'un organe à demi érigé toujours prêt à se dresser complètement sous l'effet de ses lèvres tendres ou de ses longues mains blanches.

Chassant ces visions, je me concentrai sur les beaux yeux en amandes de Bianca? Elle m'examinait sans la moindre suspicion, fascinée. Ses lèvres, que ne rougissait aucun artifice vulgaire, étaient d'un rose profond. Ses longs cils, foncés et recourbés par une pommade incolore, semblaient des branches d'étoile autrour de ses prunelles llumineuses?

Je vous veux, tout de suite. Tellles étaient les pensées qui me frappaient les oreilles. Je baissai la tête et levai les mains.

- Mon ange chéri, dit la jeune femme (Puis dans un murmure à Marius :) Tous les deux ! (Elle me prit les mains.) Venez.

 

 

Commenter cet article

Ambroisie 08/06/2012 21:48


Mon deuxième livre préféré, chouette !

Skelarh 12/06/2012 08:18



J'espère que l'article te plaira. Bon il est pas pour de suite, je fais une pause Fablehavean entre temps ^^.



Ambroisie 07/06/2012 19:57


ARMAND ! ARMAND ! J'espère que tu n'es pas jaloux ? Je t'adore quand même t'sais !


En tout cas en ce qui concerne les photos, je suis assez d'accord. Et merci pour cet agréable article. J'ai aimé. Encore ! Encore !

Skelarh 08/06/2012 19:23



Je m'attendais un peu à ce genre de réaction avec toi ^^ C'est un peu ton personnage préféré de la chronique des vampires ^^.


Prochaine lecture vampirique, "Le sang et l'or" ou l'histoire de Marius



petite etoile sadique 05/06/2012 13:23


J'ai toujours préféré Armand à Lestat dans les livres. Il représente mon fantasme de solitude et de sadisme qui ne s'accompagnent pas forcément de mélodramatisme.
Pourtant j'ai toujourds évité les dérivées et lectures trop centrées sur lui... J'ai peur de ne pas le retrouver ^^;

Skelarh 06/06/2012 22:44



Bonjour petite étoile sadique,


Il est vrai qu'il personnifie bien vos fantasmes ;-) (bien que je trouve Louis bien plus ancré dans sa solitude qu'il pousse jusqu'à un romantisme exacerbé). Je
pense que vous pouvez vous plonger dans le livre sans trop de doutes. On retrouve, surtout dans la première partie (la plus grosse moitié) ce petit côté "enfant sadique".


 


J'ai remarqué que Pocket et Plon semblait décider à éditer, à nouveau, les livres de Anne Rice (Entretien avec un vampire, la reine des damnées et le voleur de
corps). Peut être qu'ils feront la même pour Armand qui reste un livre relativement dur à se procurer. Surtout dans les éditions "grands format" que j'affectionne.