Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kezako du livre

Kezako = "Qu'est-ce que c'est ?"

Publié le par Ambroisie
Publié dans : #FINI challenge : In the Mood for Japan !

au-sud-de-la-frontiere--a-l-ouest-du-soleil.jpgEditions 10/18, Domaine Etranger
Publication : 1992 (VO), 2002 (VF) _ Réédition : février 2003
223 pages _ 7 €

 

4ème de couverture : « Hajime a connu pour la première fois l’amour en compagnie de la douche Shimamoto-San. Séparés par la vie, il n’a pourtant jamais oublié. Aujourd’hui, à l’aube de la quarantaine, Hajime est devenu un homme ordinaire et s’est construit une vie agréable entre sa famille et un métier qui lui plaît. Ce fragile équilibre résistera-t-il à ses retrouvailles avec Shimamoto-San ?

« L’heure est enfin venue de porter Haruki Murakami en triomphe. […] Pourquoi lui ? Si vous posez la question, c’est que vous n’avez pas encore lu cet auteur immense. Sitôt que vous aurez pénétré dans son univers, vous aurez compris. »

Héléna Villovitch, Elle »

 

Mon avis : Si je n’étais pas tombée sur la bande annonce du film La ballade de l’impossible pour sa sortie début mai – adaptation du roman du même nom – je n’aurais jamais fait connaissance avec Haruki Murakami. Un  auteur culte au Japon et apparemment incontournable en occident. Sauf que voilà, moi, je n’avais encore jamais entendu parler de l’auteur. Honte à moi mais les challenges sont fait pour ça, non ?

            Plus j’avance dans mes lectures et plus je tombe sous le charme japonais. Cette fois-ci ne fait pas exception. D’ailleurs, je suis même tombée complètement amoureuse du style bien que j’étais septique au départ en apprenant qu’il serait question d’infidélité. Un thème parfois vite récurant. Sauf que voilà, au fil des pages, on ne sait plus s’il est vraiment question d’infidélité. Les événements qui se déroulent un par un s’imposent au lecteur telle une bise d’été. On ne peut pas détester, on ne peut que savourer surtout quand ça a un goût sucré et non acidulé.

            En suivant Hajime de ses souvenirs d’enfance jusqu’à l’âge de la quarantaine, j’ai partagé ses pensées. Un personnage qui nous fera partager ses meilleurs et pires moments. La difficulté à son époque d’être un enfant unique. Son amour de jeunesse. Sa première petite amie. Ses années au lycée et à l’université. Son premier boulot qu’il déteste. Puis, la première rencontre avec sa femme. Le bonheur d’une vie et le sentiment d’un vide, quelque part. Et ensuite, le retour de Shimamoto-san… Shimamoto-san, as-tu réellement réapparut ? Shimamoto-san, qui es-tu ?

            En compagnie de Hajime et ça seulement grâce au talent de l’auteur, le lecteur ne peut s’empêcher de replonger dans ses souvenirs d’enfance. Pour certains, ce sont des moments agréable et pour d’autres moins. Il y en a, qui ont peut-être vécu un déménagement, la perte d’amis chers. D’autres, ont été le souffre douleur de la classe ou la star. Et puis, il y a le premier amour. Celui qu’on ne peut jamais oublier. Auquel parfois, on prend goût à repenser tout en se demandant ce que ça aurait pu être si on était resté ensemble ou si seulement, on avait osé tenter sa chance.

            Et puis, toutes ses questions sur la vie. Est-ce que je prends le bon chemin ? Est-ce que ça me plait ? Vais-je être heureux avec la personne que j’épouse aujourd’hui ? Et dans dix ans ? Le sentiment parfois que malgré le bonheur on n’est pas heureux. L’impression qu’il nous manque quelque chose à l’intérieur de soi, un vide. On se sent incompris. Et… Et si un jour je retombais sur mon amour d’enfance, mon premier amour, comment cela se passerait-il ?

            J’étais agréablement surprise par le chemin que prend l’histoire et en même temps, j’ai adoré. J’ai été un peu perdue vers la fin, tout autant que le personnage mais comme lui, je ne regrette rien. Parfois, il faut apprendre à faire face. Le passé est le passé, et on ne peut rien y changer. Il arrive parfois qu’on ne sait plus où on en est. Quel chemin on va prendre maintenant tout en ayant tendance à trop regarder derrière soi au lieu de regarder devant.

            J’ai apprécié chaque passage avec Shimamoto-san bien que ce soit un personnage qui reste mystérieux et plein de grâce. Des questions sans réponses qui restent en suspend.

 

Extrait :

« Il y a des choses qui ne peuvent pas aller à reculons, seulement continuer à aller de l’avant. »challenge-In-the-mood-for-Japan

Commenter cet article