Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kezako du livre

Kezako = "Qu'est-ce que c'est ?"

Publié le par Ambroisie
Publié dans : #Genre Jeunesse

Hunger-games-1.jpgEditions Pocket Jeunesse, Jeunesse/Aventure
Publication : 2008 (VO), 1 octobre 2009 (VF)
379 pages _ 17,90 €

 

Synopsis : Les Hunger Games ont commencé.

Le vainqueur deviendra riche et célèbre.

Les autres mourront…

 

4ème de couverture : « Dans un futur sombre, sur les ruines des Etats-Unis, un jeu télévisé est créé pour contrôler le peuple par la terreur.

Douze garçons et douze filles tirés au sort participent à cette sinistre téléréalité, que tout le monde est forcé de regarder en direct. Une seule règle dans l’arène : survivre, à tout prix.

Quand sa petite sœur est appelée pour participer aux Hunger Games, Katniss n’hésite pas une seconde. Elle prend sa place, conscience du danger. A seize ans, Katniss a déjà été confrontée plusieurs fois à la mort. Chez elle, survivre est comme une seconde nature… »

 

Mon avis : Il m’en aura fallu du temps avant de me lancer à l’aventure de cette trilogie malgré son succès évident sur la toile et auprès des lecteurs. A un point tel qu’à l’heure actuelle, on peut déjà visionner la bande annonce du premier volume sur internet en attendant avec impatience sa sortie dans nos salles obscures.

            Mais pourquoi avoir attendu autant alors ?

            A cause du résumé – idem pour le roman POD. Lors de sa sortie, attirée par les couleurs de la couverture, j’avais lu la quatrième de couverture et je dois avouer que j’ai pris peur et que donc, je n’ai pas osé prendre le livre à cette époque. Il faut dire que qui aurait envie de lire un roman où l’on voit des adolescents obligés de s’entre-tué à la télé ? Pas grand monde... D’ailleurs, même maintenant, quand je suis obligée d’en résumé l’histoire, les personnes ont en général la même réaction que moi. Et en même temps, j’avais peur que cette histoire de « jeu » face perdre leur part d’humanité aux personnages.

            Il m’aura fallu voir la bande annonce pour me lancer, totalement captivée par les extraits et un succès non négligeable pendant la période des fêtes de noël. Au point de voir la trilogie apparaître dans les meilleures ventes magasins pour plonger dans la réalité qui est celle de Katniss.

            Une jeune adolescente qui essaye de survivre et de faire survivre sa famille depuis le décès de son père en partant à la chasse illégalement dans les bois, coincée au district Douze qui à l’origine, doit s’occuper de la production de charbon pour la ville de Panem. Un lieu où on y meurt de faim en sécurité. Car depuis une catastrophe qui a quasiment effacé une partie des Etats-Unis, les seuls survivants vivent dans des districts à la solde du Capitole. Une prison grandeur nature en somme, où l’on voit le moindre signe de rébellion puni de la peine de mort. Et pour y rappeler cette règle si importante, tous les ans se tiennent les Hunger Games. Ce jeu où l’on tire au sort un garçon et une fille de chaque district qui s’affronteront plus tard dans une arène jusqu’à ce que mort s’ensuivre, les familles et les voisins, obligés d’assister à ces meurtres acceptés par la société, acclamés. Un massacre, une boucherie gratuite. Un jeu cruel…

            J’ai été très touchée par le personnage de Katniss, sa volonté de survie. Sa force de caractère en bravant les interdits pour faire survivre sa famille et son ami Gale. Un jeune garçon bien, brave, fort et compétent, sachant survivre en milieu hostile et gentil avec elle. Si il n’y avait pas cet environnement, cette peur constante de mourir qui oppresse les habitants, je suis sûr qu’ils sortiraient déjà ensemble.

            Et puis son sacrifice, qui fera tout basculer ou bien, tout commencer ?

            Son arrivé au Capitole auprès de Peeta, le fils du boulanger et toute la comédie qui s’ensuivra avec cette horrible impression de toujours avoir la pointe d’une épée fichée au-dessus de la tête qui n’attend qu’une chose : celle de pouvoir s’abattre et de vous achever de sang froid pour le plaisir des yeux des spectateurs.

            Malgré tout cela, j’ai adoré ce livre, j’ai adoré Katniss et Peeta. Ainsi que tout le reste. J’avais peur que ce livre perde tout sens d’humanité et ce fut le contraire, comme nous le prouve la fin. Au côté de notre héroïne, je me suis battue pour survivre. Pour moi, pour cette famille qui me regarde derrière un écran de téléviseur en noir et blanc, contre le Capitole et son régime implacable. Pour leur échapper à eux et se libérer. En soit, mourir où JE veux et quand JE veux.

            Les scènes de combat et de mort n’étaient pas si horribles que ça, en fin de compte puisque Katniss passe une grande partie à chercher de quoi se nourrir et s’abreuver, tout en faisant bon usage de ses capacités de chasseur et de son intelligence. Grâce à elle, on devine quand le jeu essaye d’en faire des pions et comment elle s’en sort, se basant sur un esprit de donnant-donnant. Car il est clair que c’est le public qui décide de l’avenir des participants et que donc, il faut s’en faire aimer en donnant un peu de spectacle de temps en temps.

            En tout cas, un grand merci à Suzanne Collins pour avoir adapté les passages sensés être les plus horrible à l’âge de son public. J’ai hâte de retrouver Katniss dans le second volet et voir comment elle tiendra tête face à la nouvelle épée de Damocles qu’elle a récolté en sortant du jeu. Ainsi que sa relation avec Gale et Peeta.

Commenter cet article

yohann 23/01/2012 15:18


un bon billet, et je pense que lorsque j'aurais fini les livres que tu m'as prété.


Je me lancerais dans cette aventure, car tu m'en n'as donnée envie, merci! :)

Ambroisie 26/01/2012 22:32



Avec plaisir ! Merci beaucoup pour ton message, ça me fait plaisir.