Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kezako du livre

Kezako = "Qu'est-ce que c'est ?"

Publié le par Ambroisie
Publié dans : #Genre Erotique

l'amant défenduEditions Harlequin, Erotique
Publication : 2009 (VO), juillet 2010 (VF)
424 pages _ 7,90 €

 

4ème de couverture : « Malgré les années, Bess n’a jamais pu oublier Nick Hamilton, le mauvais garçon qui lui avait fait découvrir le plaisir lors de ce fameux été passé dans la maison de Bethany Beach. Avec son air un peu sauvage, son regard mystérieux et sa réputation sulfureuse, il l’attirait alors comme un aimant, et même si elle savait qu’il n’avait rien à lui offrir et qu’elle risquait de se brûler les ailes, elle s’était laissée aller à la tentation. Puis il avait disparu du jour au lendemain, et la chute avait été terrible. Le désespoir, la colère, et surtout le manque s’étaient succédé en elle, et des années plus tard, elle ne pouvait penser à lui sans un pincement de cœur et de désir. Mais jamais elle n’aurait imaginé le revoir un jour… jusqu’à aujourd’hui. De retour à Bethany Beach, elle n’osait en croire ses yeux : Nick était là, devant elle ; son visage, son corps, son allure, rien en lui n’avait changé. Et elle avait l’étrange sentiment que, surgi du passé, Nick venait enfin honorer son rendez-vous manqué… »

 

Mon avis : La première fois que j’ai croisé ce livre, c’est le titre qui m’a marqué : L’amant défendu. Je me souviens d’avoir rendu un grand sourire à l’ami qui m’accompagné ce jour-là tout en imaginant les promesses que m’offrait ce titre. Pas besoin de chercher bien loin pour savoir que le contenu de ce livre était tourné vers de l’érotisme féminin. Toute fois, le mot « défendu » me chagrinait, m’empêchant de savourer pleinement les images débridées de mon imagination. Je me doutais qu’il y aurait des pages chaudes et sensuelles, érotiques mais aussi que le fruit resterait « défendu », interdit d’accès sans me douter un seul instant que mon instinct taperait dans le juste.

            Bien sûr, en lisant le résumé, celui-ci a fini par me charmer et me convaincre.

            Debout au bord de la mer, les pieds nus enfoncés dans le sable à la merci des vagues, Bess, après vingt ans d’absence revient à Bethany Beach et elle y laisse son regard vagabonder au loin autant que son esprit. Vingt ans qu’elle n’était pas venu, vingt ans que cet été s’était passé avec lui, Nick... Et malgré cela, croyant l’avoir oublié une fois pour toute, elle ne peut empêcher son corps de s’enflammer à la lueur de ses souvenirs. Alors, s’allongeant à moitié sur le sable et dans l’eau elle se laisse aller au plaisir jusqu’à ce que des mains masculines viennent se mêler aux siennes, et elle n’a pas besoin de rouvrir ses yeux pour savoir à qui elles appartiennent : Nick. Malgré le fait qu’elle sache que cela est impossible, que ce n’est qu’une rêve, elle se laisse aller tout de même, se donnant sans retenu tout en sachant que le lendemain matin, tout ceci ne sera plus qu’un mirage.

            Puis, à la page suivante, nous tombons sur « Cet été-là… », à ces vingt années en arrière. A cette époque, Bess, étudiante, travaille au Sugarland pendant l’été afin de se faire un peu d’argent pour la fac. Passant la soirée chez une amie Missy – que l’on découvrira être une vraie peste et un peu la cause de tout ce remue-ménage – elle rencontrera lors de la fête organisé à l’improviste un homme debout contre un mur de l’autre côté de la pièce, Nick. Au premier regard, se sera le coup de foudre pour elle – et pour lui aussi comme on l’apprendra plus tard – sauf que Missy lui apprend qu’il est gay et ses espérances tombent à l’eau.

            Au chapitre suivant, on revient à « Aujourd’hui » et Bess, en se réveillant découvre qu’elle n’avait rien imaginé la veille. Que tout ce qu’elle a ressenti était bel et bien vrai. Nick est à nouveau à côté d’elle, aussi inchangé que « Cet été-là » comme-ci le temps n’avait eu aucun effet sur lui et son cœur s’enflamme encore une fois.

            Le livre se découpe en deux parties où les retrouvailles se mêlent au passé. Dans un chapitre on a affaire au présent et au chapitre suivant au passé et rebelote à chaque fois. Comme ça, on assiste aux retrouvailles de Bess et de Nick, et on peut suivre l’évolution de leur relation vingt ans en arrière. Au cours de ma lecture, il m’est souvent venu l’envie de lire d’abord le passé et de revenir ensuite au présent mais j’ai fini par résister, me disant que si l’auteur a présenté les choses ainsi c’est qu’il y avait forcément une raison. Et cette raison était la bonne. Voir Bess et Nick si amoureux l’un de l’autre, on se demande comment ils en sont venus à être séparé ? Mais aussi comment est-ce que Nick a-t-il pu soudainement apparaître ? Pourquoi Bess se retrouve à divorcer de Andy parce qu’il la trompe alors qu’il l’a trompé déjà « Cet été-là » ? D’où revient Nick ? Pourquoi cette absence si longue ? Car ça ne fait aucun doute, nos deux protagonistes s’aiment de cet amour intense et rare qu’on se demande comment et pourquoi le destin les a séparé.

            Un roman terriblement sensuel et émouvant que je me suis retrouvé à la dernière page la larme à l’œil et le sourire aux lèvres. Une fin heureuse et tragique à la fois. Une émotion d’une intensité rare m’a prise au cours de cette lecture qu’il m’a été très peu proposé au cours de ma jeune vie et que je compte sur les doigts d’une main. La dernière ayant eu lieu cet hiver avec Pour jamais, de Eric Jourdan – le même auteur que Les mauvais anges – que je ne vous ai pas encore présenté mais que j’espère le faire après l’avoir lu une seconde fois.

            En attendant, je vous conseil ce livre fortement, voir prestement.

 

On ne se rend jamais compte de l’importance des choses et des gens que lorsqu’on les perd.

 

 

Extrait :

« - Je croyais que je ne te verrais plus jamais.

  Cette voix. Dans sa cuisine. Bess sursauta et la tasse qu’elle était en train de rincer lui échappa des mains pour se briser en mille morceaux sur le sol. Elle se tourna vers la porte, l’eau chaude éclaboussant ses jambes.

  Il resta un instant debout sur le seuil, à contre-jour, avant d’entrer dans la cuisine. Les mêmes cheveux bruns, les mêmes yeux chocolat. Le même sourire en coin.

  Rien n’avait changé chez lui.

  Il était exactement le même, songea-t-elle, incapable de bouger. Ce rêve qu’elle avait eu pendant la nuit… Mais ce n’avait pas été un rêve. Ou si ? Elle ne savait plus de quel côté de la conscience elle se trouvait. Peut-être dormait-elle encore. Comment le savoir ?

- Nick ?

  Il la regarda, hésitant, l’air déboussolé. Des gouttes d’eau ruisselaient de ses cheveux et de son jean, et le sable qui couvrait ses pieds crissait sur le carrelage à chacun de ses pas. Il venait vers elle, les bras tendus, et elle ne put retenir un mouvement de recul. Il s’arrêta.

- Bess… C’est moi.

  Son estomac se serra, elle n’arrivait plus à respirer. Elle s’efforça de prendre quelques bouffées d’air, le souffle saccadé et haletant.

- Je croyais que… je croyais…

- Tout va bien, dit-il d’une voix douce en s’approchant encore d’elle.

  Elle pouvait sentir son odeur, un mélange d’eau et de sel et de sable au soleil, la même odeur que vingt ans auparavant. Nick. Elle inspira profondément sans cesser de le dévisager. Il se trouvait tout près, ses mains tendues vers elle, mais sans la toucher.

- C’est vraiment moi, Bess.

  Elle laissa échapper une espèce de sanglot rauque et elle se jeta dans ses bras. Sa chemise était humide contre sa joue, mais elle se blottit contre lui et inspira profondément. Cette odeur, son odeur. »

Commenter cet article

unelectrice 21/12/2010 00:02



Je viens de finir de lire le livre. Encore sous le coup de l'émotion. Das quelques jours, ou quelques temps je serai plus critique. Je me connais. :)J'ai lu différents avis sur ce livre. Mais je
reste sur ma ligne. Un livre touchant, très touchant. J'ai versé quelques larmes il ya quelques minutes. Les personnages sont crédibles pour moi. Même si c'est vrai qu'lle l'accepte vite son
retour, comment aurais-je réagis sur le coup, à sa place?on ne sait jamais sauf lorsqu'on se retrouve au couer de l'action, du moment. "De même on ne se rend jamais compte de l'importance des
choses et des gens que lorsqu'on les perd." C'esst tout ce dot il était question. Plus que la transformation bizarre de nick et tout le trala. Deux personnes normales,qui ont des réactions qui
leur sont propres. Certes ce livre ne révolutionnera rien, mais il vaut vraiment le coup de le lire. J'ai apprécié le passé et le présent alternés. Je pense que ça n'aurait pas été aussi
intéressant das une forme habituelle d'écriture. J'aime ce livre. Et je le conseille à tous et à toutes. La fin me paraît "réaliste" dans le sens ou rien ne se passe vraiment comme o le voudrait
et il faut savoir faire avec. On a beau receovir, tous les signes possibles, si on ne sait pas les lire, arrivera ce qui arrivera. En tous cas, chérir ce qui nous est cher. Et verbaliser nos
émotions,c'est le plus important. D'expérience, on ne sait pas ce qui peut se passer à la fi d'un coup de téléphone par exenple. Le mien est tjs vivant mais a lautre bout du monde. J'espère
vraiment ne plus me retrouver dans une telle situation, la prochaine fois. A lire.



Ambroisie 22/12/2010 09:59



J'aime ton commentaire et je te rejoins totalement. Ce livre ne fera pas révolution mais il est à lire au moins une fois dans sa vie. Car comme tu le dis, cette
lecture nous rappelle qu'on ne sait jamais de quoi est fait demain et qu'il est toujours d'intérêt de dévoiler son amour à l'autre, au risque de le perdre au petit réveil.


Comme tu le remarqueras, ce roman m'a donné envie de découvrir l'auteur avec Le choix interdit et actuellement,
je suis en train de lire Rendez-vous qui me bouleverse et m'électrise à la fois. Je me rends compte que
chacune de ses histories est unique et bouleversante en même temps. Elles racontent toute une situation que nous pourrions être amenées à vivre et cela à tendance à nous faire poser des
questions. A se demander : comment je réagirais, moi ?


Je pense donc que je vais me dépêcher d'acheter Le secret avant qu'il ne soit en rupture de stock. J'ai aimé ta
visite, aurais-je la joie de te revoir ?