Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kezako du livre

Kezako = "Qu'est-ce que c'est ?"

Publié le par Skelarh
Publié dans : #Genre Fantastique

Anne RICE

Editions “Michel LAFON” – 20.90€ – 271pages

 

4ème de couverture :

L'heure de l'ange

 «Lucky, Toby ou encore Tommy… son nom importe peu. L’important, c’est sa discrétion, son professionnalisme, sa compétence à exécuter froidement les cibles qu’on lui désigne. Après un contrat particulèrement éprouvant, Lucky est abordé par un mystérieux inconnu, un certain Malchiah. Ce Malchiah sait tout de lui, dispose de pouvoirs stupéfiants, et prétend être un ange gardien. Il lui offre de racheter ses crimes, en sauvant des vies plutôt que de les prendre, et lui propose un bien étrange marché : Lucky se retrouve au Moyen Age, où il doit aider une famille juive accusée de meurtres rituels.

Est-ce une chance, un rêve ou un cauchemar ? »

 

 

 

 

 

 

L’avis :

 

Que dire ! Comment décrire ce livre sans être partial ? Autant ne pas le faire je pense, étant un fan de l’écriture d’Anne Rice. Je l’attendais ce livre depuis la parution de « Cantique Sanglante », bien que je sois forcement déçu qu’elle arrête la saga des vampires (ceux qui m’ont poussé à m’intéresser au mythe) pour prendre en main la religion catholique suite à sa conversion. On le sait maintenant, les vampires, les sorcières, les momies ou les belles au bois dormant, sont terminés pour se consacrer uniquement à la religion catholique

 

On retrouve ce qui fait le charme de la plume de Anne Rice dès les premières lignes, cela risque d’en décevoir ou rebuté plus d’un d’ailleurs. Les longues descriptions pour comprendre ce que pense le personnage principal. Les trente premières pages décrivent juste le ressenti du personnage par rapport à la mission qu’il va devoir exécuter dans le lieu qu’il aime, avec bien sûr le pourquoi il aime ce lieu. On ne manquera pas non plus le passage sur la vie de Toby – le héros – ou encore l’histoire de la vie de Fluria – celle que Toby doit sauver.

 

Revenons un peu sur l’histoire, Toby est un assassin, froid, méthodique, sans vraiment de moral, bien qu’il regrette de tuer. Lors d’une mission bien particulière pour celui qu’il nomme « l’homme Juste », sur l’un des rares lieux où il se laisse aller à être lui-même, il rencontre Malchiah, son ange gardien. Toby a perdu confiance en Dieu malgré sa passion pour les anges, autrefois, et c’est cela que Malchiah lui propose, se racheter aux yeux de Dieu pour le mal commis. Toby va devoir sauver un couple juif accusé – à tort ou à raison – d’avoir tué leur propre fille après que celle-ci soit entré dans une église.

 

On pourrait reprocher à Anne RICE de repartir du côté théologique abordé lors de « Memnoch le Démon » (Tome 5 des chroniques des vampires), mais le courant passe bien malgré tout, c’est assez subtile et se porte peut être plus dans l’histoire que d’autres roman. Il ne faut pas se voiler la face non plus, l’histoire touche de pleins pieds le religieux et la croyance en un dieu quel qu’il soit.

 

Que rajouter ? J’ai adoré, je l’attendais depuis tellement longtemps que je ne peux pas être neutre et c’est, je pense, un bon ouvrage pour commencer à lire le style ô combien particulier de Anne Rice. J’ai particulièrement apprécié qu’il n’y est pas de jugement de valeur entre les Juifs et les Dominicains. On a leur version des faits, mais est ce qu’ils sont vraiment coupables ou innocents ? L’aspect neutre du héros sur la guerre pour faire du premier innocent mort un martyr et un saint. Et comme toujours, le côté historique et bien documenté des histoires qu’elle nous raconte, on sent vraiment l’aboutissement d’une recherche et un mélange bien ficelé entre l’imaginaire, la fiction et l’histoire.

 

Je terminerai par un grand merci à Blog-ô-Book et aux éditions Michel Lafon de m’avoir fait lire ce livre en avant première.

 

Extrait :

 

 

« Le plastique était l’arme que j’utilisais le plus volontiers quand je rencontrais une difficulté, mais je m’en étais jamais servit. J’avais peur du sang. Et de la cruauté du geste. Je détestais la cruauté sous toutes ses formes. J’aimais que tout soit parfait. Dans les dossiers, on m’appelait le Perfectionniste, L’homme invisible et le voleur de la nuit. »

 

«  -  Meir et Fluria, sortez, demanda t il. Pour votre sécurité, vous devez venir tout de suite avec moi. (Il se tourna vers moi et ajouta à voix basse :) S’il le fat, je les prendrai tous et les garderai jusqu’à ce que cesse cette folie, car les gens incendieraient Norwich simplement pour brûler la juiverie. »

 

 

Commenter cet article

Anne Sophie 07/04/2010 12:26



celui-ci est dans ma PAL ! je vais me régaler ^^



Skelarh 14/04/2010 20:06



Le dévore pas trop quand même il faudrait pouvoir le relire un jour (quand une eventuelle suite sortira) ^^



Séverine 20/03/2010 20:41


Un style agréable ! Merci de cet avis éclairé et éclairant


Skelarh 02/04/2010 00:55



Mais de rien, un plaisir ^^ en espérant que l'heure de l'ange te plaira ^^



Ambroisie 12/03/2010 22:02



Rassures-moi, il est pas classé Bit-lit ce tome ? Si c'est le cas, je vais faire une crise...



Skelarh 13/03/2010 17:07


Bonne question ma chère ^^ normalement non ! Logiquement, Bit Lit c'est une ado en héroine ^^ là, pas vraiment ! Enfin bon, les
genres maintenant.... quand tu vois les rangements de certains magasins...