Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kezako du livre

Kezako = "Qu'est-ce que c'est ?"

Publié le par Ambroisie
Publié dans : #Genre Biographie

la mauvaise vie0Editions Pocket, Biographie
Publication : 2005 (VF)
370 pages _ 6,90 €

 

4ème de couverture : « Un homme se penche sur son passé. Le passé ne lui renvoie que les reflets d’une mauvaise vie, bien différente de celle que laisse supposer sa notoriété. Autrefois on aurait dit qu’il s’agissait de la divulgation de sa part d’ombre : aujourd’hui on parlerait de « coming out ». Il ne se reconnaît pas dans ce genre de définitions. La mauvaise vie qu’il décrit est la seule qu’il a connue. Il l’a gardée secrète en croyant pourvoir la maîtriser. Il l’a racontée autrement à travers des histoires ou des films qui masquaient la vérité. Certains ont pu croire qu’il était content de son existence puisqu’il parvenait à évoquer la nostalgie du bonheur. Mais les instants de joie, les succès, les rencontres n’ont été que des tentatives pour conjurer la peine que sa mauvaise vie lui a procurée.

Maintenant cet homme est fatigué et il pense qu’il ne doit plus se mentir à lui-même. »

 

Mon avis : Automne 2009, le livre de Frédéric Mitterand faisait parler de lui un peu partout dans les médias, le bruit parvenant jusqu’à mes oreilles et éveillant ma curiosité : « De quoi peut parler ce livre pour que sa carrière soit mise en danger où il est question de relation entre hommes ? »

            Coup de pub ou véritable polémique, en ce qui me concerne, je n’ai pas détesté cette lecture. J’ai même été agréablement surprise. La raison peut-être au fait que je n’ai lu que les ¾ du bouquin – il est donc possible que l’origine de l’accusation m’est échappé – ou alors, toutes ces rumeurs ne concernaient que le volume 2.

            Habituellement, je ne suis pas attiré par les autobiographies car plus ça avance dans le temps, plus je suis dégoûté. Non par les évènements mais par les pensées du personnage. Colère, haine, jalousie… le genre de sentiments qui s’accumulent au fil des pages jusqu’à ce que ça se termine par un règlement de compte entre l’auteur et le reste du monde. Un rendez-vous totalement inconnu à Frédéric Mitterand, car certes, il est bel et bien question de sa vie, de son histoire mais chaque chapitre rend plus hommage à chaque personnalité rencontré au cours de sa vie qu’une descente de ligne (exemple : Retour à Reims).

            Ici, on ne vous racontera pas dans quel environnement il a été éduqué, ni comment était ses parents avec lui, ni contre qui il voue une haine féroce depuis sa tendre enfance ou alors, l’identité enfin dévoilé du voleur de goûter ! A la place, on vous demandera simplement si vous connaissez plus ou moins cette phrase qui dit : « Il faut tirer de chaque expérience, quelle soit bonne ou mauvaise, les analyses qui aideront à grandir, à évoluer. » Si vous comprenez cette phrase alors vous comprendrez le livre.

            Comme je l’expliquais un peu plus haut, chaque chapitre est un hommage rendu à une personne, en plus d’être une rencontre pour le lecteur. Rencontre avec des personnes disparues ou encore vivantes – inconnue ou célèbre – plus ou moins dans un ordre chronologique.

            Frédéric, au fil des pages, liste des visages qu’il nous présente sans toute fois dévoiler le moindre nom. Il nous raconte le premier rendez-vous, narre certaines aventures avant de terminer par le jour d’adieu. Parfois, on a même le droit à un petit sursis lorsqu’il y a des retrouvailles. C’est ainsi que j’ai été touché par ses deux nourrices, la gentille et la méchante, la douce et la violente. La première, pas vraiment intelligente mais qui était un amour avec qui il s’est amusé à faire des plannings à suivre pendant les vacances. La deuxième, où la crualité dont elle l’assommait été leur secret intime jusqu’à ce que sa mère découvre tout. Il les reverra, des années plus tard. Des retrouvailles qui pinceront le cœur…

            Bien sûr, il y en a d’autres mais on se souviendra particulièrement de ce garçon de son enfance qu’il avait rencontré pendant ses vacances. Le petit rouquin. Son premier amour de gamin. Ils s’entendaient bien, jouaient ensemble et rigolaient. Il y avait même quelque chose qui passait entre eux, jusqu’au jour où… on apprendra, un an plus tard, qu’il est mort noyé dans le lac.

            Des amours à sens unique, il en vivra plein. Il y aura ce gars qui était ami avec ses frères aînés, de mauvaise influence avec ça et qui finira par se suicider sans oublier de le chatouiller de répliques cinglantes en faisant des sous-entendus sur ses préférences sexuelles. Lorsqu’il s’aventura dans le cinéma, il y aura cet homme avec qui il collabora. Charmant, dont il tombera amoureux au fur et à mesure jusqu’à cette dernière ballade en voiture avant qu’il ne décède et qu’il apprenne que oui, il était lui aussi homosexuelle. Qu’il était lui aussi attiré par lui mais que non, ce n’était pas possible car il souffrait d’une maladie incurable. Ce n’est pas écrit noir sur blanc mais je soupçonne cette maladie d’être le sida. Et comme tout à chacun, il y aura ce camarde de classe. Ils partiront un jour à trois en vacances visiter le monde où il reviendra à terme, seul, trompé et le cœur blessé, mal pensé dans les bras d’un autre.

            Toutes ces descriptions agrémentées de rêves d’enfants où parfois se mélangera la réalité au désir ardent d’être un super héro en train de sauver une grand-mère. Des passages où on a dû mal à croire que c’est un adulte qui raconte et non un enfant. Des évènements heureux ou malheureux racontés avec douceur où parfois il serait légitime de ressentir de la haine. Mais de la part d’un cœur seulement envieux de bonheur, engourdit à toute autre forme de sentiments violents, on y rencontrera que la douleur d’être incompris.

 

Commenter cet article

Bidouillette/Tibilisfil 08/07/2010 19:34



Non mais la critique chez nous avait été bonne et j'attendais juste un avis pour le tenter!!!



Ambroisie 10/07/2010 11:20



Mince. Je n'y ai pas pensé mais j'aurais pu mettre un extrait du roman. Désires-tu que j'en ajoute un dans mon article ?



Bidouillette/TibilisfilV 08/07/2010 10:47



Ton avis ne m'étonne pas, il est au)dessus de ces petites auto ou pas auto biographies!



Ambroisie 08/07/2010 18:52



Tu l'as lu aussi ?