Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kezako du livre

Kezako = "Qu'est-ce que c'est ?"

Publié le par Ambroisie
Publié dans : #Genre Fantasy

Je viens de finir le tome 5 mais je vous rassure, c’est la collection que je vais vous présenter afin de vous mettre correctement au parfum.

 

Editions Pygmalion _ Editions J’ai Lu et Editions France Loisirs, Fantasy
Publication : 2005 (VO), 2006 (VF)
21,50 € chez Pygmalion _ 7,60 € chez J’ai Lu _ 9,95 € chez France Loisirs

 

Synopsis : Voici la dernière série de la reine du Fantasy ! Jamère est destiné à être soldat. A 12 ans, son père le confie à un nomade qui l’entraîne dans une initiation mystique dévastatrice. Hanté par d’étranges visions, le jeune homme tente de reprendre le cours de son destin. Mais les ennemis de son peuple comptent bien se servir de lui…

 

(Propos recueilli dans le catalogue France Loisirs, automne 2009).

 

4ème de couverture :

La déchirure _ Le soldat chamane – 1

« Jamère vit dans une culture gouvernée par un code social rigide. Mais, à l’âge de quinze ans, il est confié par son père à un étrange guerrier nomade qui, à l’aide de drogues et d’une expérience de transe chamanique, le propulse dans un autre monde. Il y rencontre une mystérieuse magicienne, sorte de femme arbre, qui s’empare de son esprit et le dresse contre la civilisation dont il ets issu. Dès lors, Jamère est déchiré entre ces deux cultures… »

 

Le cavalier rêveur _ Le soldat chamane – 2

« Jamère Burvelle poursuit ses études à l’Ecole royale de cavalerie, mais l’opposition entre fils d’anciens et de nouveaux nobles croît toujours. La tension mène à des affrontements sournois et violents. Pris dans cette tourmente, Jamère doit, en outre, faire face aux exigences de la femme-arbre qui, dans ses rêves, lui ordonne de chasser les « envahisseurs ». Mais un jour, la crise éclate… »

 

Le fils rejeté _ Le soldat chamane – 3

« Revenu dans sa famille pour assister au mariage de son frère aîné, Jamère se trouve en butte au mépris et à l’hostilité de tous à cause de son inexplicable embonpoint. Son père n’accepte pas que son fils soldat laisse libre cours à son appétit et l’accable de son profond mépris ; sa sœur Yaril ne lui cache pas la répugnance qu’il lui inspire et sa fiancée Carsnia lui tourne le dos. Nul ne veut entendre son explication : il doit sa corpulence à la magie occellionne… »

 

La magie de la peur _ Le soldat chamane – 4

«  Désavoué par son père, Jamère, dont la famille vient en partie d’être décimée par la peste ocellionne, part à Grandval avec l’intention de poursuivre son destin de fils militaire. Enrôlé, il se voit assigné au cimetière de la ville. Là, il affronte pour la première fois la magie et la peur qu’exhalent les montagnes occupées par les Ocellions, en même temps que le pouvoir qu’il sent croître en lui… »

 

Le choix du soldat _ Le soldat chamane – 5

«  Simple soldat, Jamère souffre de son obésité qui lui vaut moqueries et dédain. Le mépris tourne à la méfiance lorsqu’il est accusé de meurtre. Mais il est aussi un Opulent du peuple ocellion, qui vit une partie du temps avec Olikéa, à la fois amante, nourricière et qui lui enseigne la magie. Tiraillé entre ses deux existences, le jeune homme s’efforce de survivre aux terribles dangers qui pars-ment sa route chaotique… »

 


Mon avis : Certains ou certaines connaissent peut-être déjà Robin Hobb à travers sa grande série à succès : L’assassin royal (13 tomes, terminé), qui fut très vite suivie par : Les aventuriers de la mer (9 tomes, terminé), où les deux histoires sont liées sans pour autant se fondre l’une dans l’autre. Robin Hobb que vous avez peut-être aussi croisé sous le nom de Megan Lindholm avec : Ki et Vandien. Point d’inquiétude, très chers lecteurs, je ne suis pas là pour vous faire une biographie de l’auteur de long en large. Mais à tout hasard, si vous en voulez une, y’en a à revendre sur la toile du net !

            Dès les premiers moments, on se plonge facilement dans la lecture où les premiers mots laissent vite place à des phrases, les phrases à des paragraphes et les paragraphes à des pages pleines où en deux jours on se rend compte que le livre est achevé. Il n’y a pas de temps en perdre, où est le deuxième tome !

            Le point fort des livres réside sans aucun doute dans le style de l’auteur où il est rare de nos jours de se retrouver confronter à une narration à la première personne du singulier et surtout à un tel niveau de perfectionnement. Les décors vus à travers le regard du personnage et ses pensées sont savamment manier sans devenir brouillonne comme rarement on en trouve, et on le voit dans le premier chapitre du premier livre où le personnage principal, Jamère, nous raconte un souvenir de rencontre de son enfance.

            Ne cherchez pas plus loin, dès le début, ça vous prend au cou ou pas. Si vous ne l’avez pas compris, vous pouvez refermer le livre ou si vous êtes têtu, réessayez. Ici, pas de style pompeux ou de jolis effets de mots, c’est clair et c’est simple et c’est bien ce qui nous plait. Grande nouveauté ! Au monde médiéval où est étroitement mêlée la magie se mélange celui des nomades où on sent les recherches poussées qui ont été faite. Y’a pas à dire, c’est très agréable.

            Je tien à prévenir tout de même que certains fans ont été déçu au début et ont laissés tomber sous prétexte que le personnage était indécis, qu’il ne savait pas ce qu’il voulait comparer à Fitz dans l’Assassin royal où on était habitué à un personnage plus ou moins casse-cou. Personnellement, je ne vois pas ce que la comparaison vient faire là-dedans, nous n’avons pas affaire avec son frère cadet. Les deux histoires n’ont absolument rien à voir entre elles. Je tien donc à préciser que l’indécision ici est justement la trame de l’histoire, pour les personnes n’ayant pas comprises.

            Pour vous faire un rapide résumer des cinq tomes déjà sortis, au début on apprend comment et pourquoi Jamère va se retrouver lié entre son peuple natal et son peuple d’adoption alors que sa naissance de deuxième fils le trace à être soldat dans la cavalerie. Dans le deuxième tome, il va donc suivre son destin et aller à l’école jusqu’à ce que son deuxième peuple le rappel à ses devoirs et depuis lors, il n’aura plus aucun répit, se battant entre ses différentes obligations. Dans le troisième tome, rejeté par sa famille, il se retrouve à cheval entre deux mondes qui veut la mort l’un de l’autre et pour cela, tous les coups sont permis pour l’aider à choisir son camp, allant jusqu’à détruire toutes ses attache tout au long des livres.

            Comment faire son choix quand en résultera un nombre incalculable de morts ?

 

Commenter cet article

Tisane 28/09/2010 19:08



Un blog ? Si j'en ai un. Je met le lien dans le formulaire de commentaire mais ça fait un moment que je n'y ai plus posté. Je n'ai pas la tête à écrire ces derniers temps. Comme j'aurais envie de
le dire, la vie réelle nuit à l'inspiration. Enfin, au moins j'ai plus ou moins repris la lecture.


Mais tu sais, on se connait... C'est Vamp' ^^"


Je te tiens au courant pour Les aventuriers de la mer mais ça risque d'être long, j'ai un pavé de King a finir et trois autres derrière.



Ambroisie 29/09/2010 00:38



Oui, je t'avais reconnu grâce à ton adresse mail qui était aussi pendant un moment l'un de tes pseudo, je crois, mais je préférais vérifier au cas où.


Et bien, je suis heureuse de te retrouver là. C'est aussi une grande surprise.



Tisane 27/09/2010 22:02



Ce que je trouve absolument fabuleux avec Robin Hobb, c'est qu'on enchaîne les bouquins sans s'en rendre compte. Avec mon père, on a l'habitude de dire "il se passe rien... mais on
s'ennuie pas". C'est vrai, même dans les passages où à strictement parler il ne se passe effectivement pas grand chose, on continue de lire sans problème, sans lourdeur. On a juste le plaisir de
rester dans cet univers, comme si on profitait d'un moment de calme à Castelcerf...


J'ai adoré l'Assassin Royal même si Fitz a fini par me taper sur les nerfs dans la seconde série. Je n'ai pas encore commencé Les aventuriers de la mer mais ça ne saurait tarder (dès que ma
période Stephen King sera du passé). Par contre, je suis en train de lire Le soldat Chamane (j'en suis au tome 4, le cinq attend sagement dans la bibli) et c'est vrai que dans le genre "il se
passe rien"... mais là on s'en rend compte. Je trouve que l'intrigue traîne un peu trop, nous tient moins en haleine que celle de l'Assassin.


Mais c'est une histoire différente, dans un monde différent. C'est vrai que je ne vois pas du tout en quoi on pourrait comparer Jamère et Fitz (Fitz est un abrutit et Jamère un indécit qui
réfléchit trop).



Ambroisie 28/09/2010 19:04



Je crois que c'est la magie Robin Hobb de pouvoir lire les pages où il n'y a pas forcèment d'action sans forcèment s'ennuyer car il y a toujours quelques choses à
découvrir dans les descriptions qu'elle nous offre. Son style est vraiment fluide. C'est agréable.


C'est la raison pour laquelle j'ai lu les trois premiers tomes du Soldat Chamane en à peine une semaine bien que je trouve aussi que l'action traîne un peu. Mais il
ne faut pas oublier que Jamère n'est pas Fitz et que l'univers est tout aussi différent. Tout comme l'un est né de filiale royale et que l'autre est destiné à n'être qu'un simple
soldat. Toute fois, il m'arrive d'avoir l'impression que l'auteur s'essaye à une nouvelle intrigue et du coup, ça me garde en haleine. Je continue de lire. Surtout que l'univers qu'elle a
créé est vraiment bien fait, me donne l'impression de bel et bien être réel.


Pour Les aventuriers de la mer, je me suis arrêté au tome 5 car j'avais du mal à suivre le style : à chacun son
personnage, son chapitre. Ce que je trouve un peu dommage car j'ai adoré retrouver "le fou". Un personnage emblématique que j'affectionne. Mais si toi ça ne te dérange pas lances-toi et tiens moi
au courant !


A bientôt, j'espère.


P.S. : Tu ne possèdes pas de blog ?