Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kezako du livre

Kezako = "Qu'est-ce que c'est ?"

Publié le par Ambroisie
Publié dans : #FINI challenge : Mythes & Légendes !

les-metamorphoses.jpgCatégorie 1 : œuvre mythologique, du challenge Mythes et Légendes.

 

Editions Gallimard Jeunesse/Folio Junior, Classique/Jeunesse
Publication : l'an 1 (VO)
120 pages _ 5,10 €

 

4ème de couverture : « Pour quelle raison Zeus, le maître des dieux, a-t-il pris l’apparence d’un taureau ? Hercule sauvera-t-il Déjanire enlevée par un centaure ? Quel terrible sortilège la magicienne Circé inflige-t-elle à ses visiteurs ?

Métamorphoses, rivalités, vengeances : quand le chemin des dieux croise celui des hommes, les mortels peuvent trembler ! »

 

Mon avis : Ça fait un petit moment que je lorgne sur certains textes classiques de la mythologie grecque sans forcément trouver mon bonheur. La raison au fait que je ne trouve pas les auteurs en librairie, à la FNAC ou autres pour feuilleter les différentes versions et que ça m’embête de commander un peu à l’aveuglette. Excédée de voir s’étaler sur plusieurs étagères Homère et les multiples éditions de l’Iliade et l’Odyssée. Version longue, version abrégée, édition spéciale Baccalauréat, livre étude, traduit en langage moderne et j’en passe…

            C’est donc un peu énervée et déçue que je me suis dirigée au tout début vers le rayon jeunesse, sachant celui-ci plus fourni même si les textes classiques sont le plus souvent adaptés au vocabulaire des petits et abrégés. Un choix que je ne regrette pas en fin de compte. J’ai passé un agréable moment à choisir le roman que j’allais emporter avec moi. Des couvertures de romans simples et agréables. Des formats faciles à transporter et souples. Certains récits complétés avec des dessins, sans oublier les définitions des quelques mots grecs que l’on croise pendant la lecture.

            Un petit roman dans lequel a été condensé, pressé et étiré 15 volumes écrits par l’auteur à son époque. Une centaine de pages dans lesquelles on nous explique comment le monde se développa en l’espace de quelques jours. Jupiter – Zeus – qui outré par le comportement égoïste des humains à une certaine époque demanda à ce que les fleuves débordent de leur lit et que la mer laisse ses vagues s’écraser sur la terre. A cette inondation ne survivra qu’un seul couple, les deux derniers humains jugés par les dieux comme les plus vertueux. Une histoire qui n’est pas sans rappeler la Bible ou le Coran, remettant en doute l’origine des écrits.

            On y croise aussi les aventures de Persée et d’Hercule. Les histoires d’amour des dieux qui sont promptes au châtiment lorsqu’ils n’arrivent pas à avoir ce qu’ils veulent comme un enfant trop gâté. Une punition qui passe le plus souvent sous la forme d’une métamorphose en animal ou en plante. Une punition ou parfois même un gage de reconnaissance selon la fin tragique des protagonistes. Car il ne faut pas se leurrer, l’être humain est quasi dépeint comme un pauvre mortel avec lequel les dieux jouent, font ce qu’ils veulent ou presque… D’ailleurs, ces derniers s’emportent facilement à l’amour comme aux combats sur dose de rivalité et de magie. Nous donnant l’impression d’être des identités trop facilement capricieuse et imprévisible au grand malheur des mortels.

            En somme, une très bonne introduction pour se lancer un jour à corps perdu dans le poème d’Ovide.

 

Extrait :

« Comment tout commença…

  Avant l’existence de la mer, de la terre et du ciel qui couvre l’univers, la nature ne présentait qu’une unique forme : le Chaos, une masse informe, inerte et confuse. Le soleil et la lune ne donnaient pas encore la lumière. La terre n’était pas suspendue dans l’air, équilibrée par son poids. La mer ne s’étendait pas le long des rivages. La terre, la mer et l’air se confondaient. Et la terre manquait de consistance, la mer de souplesse, l’air de lumière. Tout s’opposait : le froid combattait la chaleur, l’humidité la sécheresse, la douceur la dureté, la légèreté la pesanteur. »défi mythesetlegendes 

Commenter cet article

ananas 22/03/2011 21:18



Franchement, j'ai adoré ces métamorphoses. En plus, Ovide écrit très bien.


Merci d'être passée sur mon blog.



Ambroisie 22/03/2011 22:38



Il était donc temps que je découvre Ovide moi aussi .


Merci à toi pour ton passage.



Skelarh 14/01/2011 21:44



Ahhhh les métamorphoses ^^ j'avais bien aimé, étudier ca en latin et en français au final, j'avais lu l'intégralité du bouquin au lieu des quelques passages que nous
on demandé les profs.



Ambroisie 15/01/2011 19:35



Mais dans quel collège suis-je aller pour n'avoir jamais étudié Les métamorphoses ?! Même pas un petit morceau
!



Céline 14/01/2011 16:00



Les Métamorphoses me rappellent de très mauvais souvenirs de courts de latin : on en a traduit en Terminale, en long, en large et en travers. Et au bout d'un moment, Ovide, ça semble très
précieux et niais ...



Ambroisie 14/01/2011 20:01



La joie de n'avoir jamais fait de latin !


En même temps, l'édition que j'ai prise était vraiment purgée et donc agréable à lire. Je pense que les prochains titres que je choisirai pour le challenge se
sera dans le rayon jeunesse. La traduction rend la lecture moins barbante et plus captivante.