Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kezako du livre

Kezako = "Qu'est-ce que c'est ?"

Publié le par Ambroisie
Publié dans : #FINI challenge : J'aime les classiques !

les-morts-ont-tous-la-meme-peau.jpg Editions LGF Livre de Poche, Classique
Publication : 1947 (VO), 1997 (VF)
155 pages _  4,50 €

 

4ème de couverture : « Videur dans une boîte de nuit, Dan ne vit que pour Sheila, sa femme, et l’enfant qu’il a eu avec elle. Un enfant que la société acceptera parce que sa peau est blanche. Dan, lui, est noir, d’origine, sinon de peau…

Toute son existence repose sur ce secret. L’irruption de Richard, son frère, qui menace de tout révéler, en même temps que sa subite attirance pour une prostituée noire vont bouleverser la vie de Dan. Lui qui, non sans remords, a tant voulu être un Blanc, ne serait-il au fond de lui-même qu’un « nègre » ?

Boris Vian – alias Vernon Sullivan – nous donne ici, à la manière de Chandler ou Hadley Chase, bien plus qu’une dénonciation du racisme. Ces pages qui firent scandale, où la violence et l’érotisme se donnent libre cours, nous conduisent au plus profond de la folie d’un être qui ne se reconnaît plus, que la pression sociale a irrémédiablement dissocié de lui-même. Une sorte d’explosion intérieure qui le poussera au meurtre… »

 

Mon avis : Il y a de ça un an, un ami m’a passé du même auteur J’irai cracher sur vos tombes. Sauf que, faute de n’avoir jamais entendu parler de Boris Vian et de ses nombreuses œuvres parlant du racisme mélangeait à une pincée de policier, j’avais arrêté ma lecture en-cours de route. A ce moment là, je n’arrivais pas du tout à comprendre la situation dans laquelle se retrouvait l’homme de l’histoire. J’avais énormément de mal à m’imaginer un « noir » être « blanc ». En réalité, à ma grande honte jusqu’à récemment, je ne savais pas du tout qu’il existait des « Noirs à la peau blanche ».

            Ces albinos qui sont le résultat d’une anomalie génétique se caractérisant par une absence de pigmentation de la peau, des cheveux, et parfois des yeux. Un état qui est considéré comme une malédiction en Afrique car dans bon nombre de sociétés africaines traditionnelles (Burundi, Tanzanie...), les albinos sont considérés comme investis de pouvoirs maléfiques. Ainsi, beaucoup sont abandonnés à la naissance, voire sacrifiés selon les rites ancestraux ou bien chassés et traqués. D’ailleurs, comme le déclare le chanteur malien Salif Kéïta (voir photo ci-dessous) : « Etre né albinos en Afrique est un drame ». La cause due au manque d’éducation dans un pays comme le Mali, où plus des trois quarts de la population est analphabète et qui explique en grande partie la persistance de croyances funestes à l’égard des albinos.

 Salif-keita.gif

            Dans ce roman, nous suivrons donc le parcours de Dan qui à peine en quelques jours va voir sa vie dégringoler.

            Dan est videur dans une boîte de nuit et ça fait cinq ans jour pour jour qu’il fait ce métier. Cinq ans passé à cogner sur du blancs sans que ceux-ci se rendent compte qu’ils se font malmenés par un Homme de couleur. Cinq ans de plaisir malsain à se faire les femmes de ces cochons sans qu’ils ne s’en rendent compte avant de rentrer auprès de sa femme et de son fils, qui sont tous les deux blancs. Mais aujourd’hui, sans savoir pourquoi, il se sent lasse. Lasse de tout et de son secret. Car Dan est noir, un Noir à la peau blanche et ce secret, seul lui-même et les propres membres de sa famille le connaisse.

            Une vérité qui risque d’éclater aux yeux de son entourage lorsqu’un jour en rentrant chez lui, il retrouve son frère noir Richard endormit en plein milieu de son appartement. Le retour d’un frère qui le menace de tout dévoiler contre un peu d’argent. Alors l’inquiétude le gagne jusque ce que le jour du véritable chantage arrive et alors, il devient une évidence que pour lui et sa famille, ce frère doit disparaître. A ce moment là, la ligne entre le monde du blanc et du noir s’efface, emportant le reste et toutes ses certitudes avec elle.

            Un petit roman court mais très poignant car il est très intéressant de suivre le fil des pensées de Dan au fur et à mesure de sa déchéance. Cet homme qui jusqu’à présent n’a jamais vraiment réussi à trouver sa place parmi les autres. Déchiré entre sa famille natale noire et sa famille d’adoption blanche. Une histoire qui se finira par une chasse à l’homme où la proie continue perpétuellement de se trouver à travers les faits et gestes de son entourage jusqu’à retourner auprès de la seule femme qui l’a aimé et qu'il aime avant de sombrer.

 

defi_classique.jpg

Commenter cet article