Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kezako du livre

Kezako = "Qu'est-ce que c'est ?"

Publié le par Ambroisie
Publié dans : #Genre Jeunesse

insaisissable 1Editions Michel Lafon, Jeunesse/Aventure
Publication : 2011 (VO), 4 octobre 2012 (VF)
384 pages _ 16,95 €

 

4èmede couverture :

« je suis maudite

j’ai un don

je suis un monstre

je suis plus forte qu’un homme

mon toucher est mortel

mon toucher est pouvoir

je veux qu’il me touche

il ne doit pas m’approcher

je suis leur arme

je me vengerai »

 

Intérieur de couverture : « Juliette est enfermée depuis 264 jours dans une forteresse pour un crime. Un accident. 264 jours sans parler. Ni toucher personne. Alors pourquoi Adam, celui qu’elle aime en secret depuis l’enfance vient-il partager sa cellule ? Et pourquoi semble-t-il ignorer qui elle est ?

L’organisme tout-puissant qui régit le monde de Juliette n’hésite pas à tuer pour asservir le peuple. Mais ce que désire par-dessus tout Warner, le fil de son leader, c’est Juliette. La malédiction qui pèse sur la jeune fille est pour lui une arme inestimable.

Seulement Juliette n’a pas l’intention de se laisser faire. Après une vie de paria, elle trouve pour la première fois le courage de se battre et de rêver à un avenir avec celui qu’elle croyait avoir perdu pour toujours… »

 

Mon avis : En général, je fuis comme la peste dès qu’un livre se targue de porter un bandeau mentionnant : « Révélation d’untel de l’année ». Pour la simple et bonne raison que la plus part du temps, je ressors totalement dégoûtée de ma lecture, victime d’un énième coup de com’. Une règle à laquelle presque aucun livre ne réchappe, même quand ledit livre a été offert. Sauf celui-ci. Malgré tout, il aura fallut plusieurs mois avant que j’ose laisser mes yeux errer dessus et que je me rende compte qu’à l’intérieur il y avait un deuxième résumé. Un résumé beaucoup plus parlant que celui que l’on peut trouver au dos de l’ouvrage. Et qui d’un seul coup, a attisé ma curiosité.

            Avant toute chose, si vous aimez la série les X-men (tout format confondu), vous ne pourrez qu’aimer ce roman. Ne pas oublier qu’à la base cette lecture vise un public féminin jeune. Attention à toi jeune homme qui s’aventurerait par ici.

            La force de cette histoire qui m’a fait dévorer les pages en à peine trois jours est avant tout sa narration, à l’image de l’échantillon que nous offre la maison d’édition. Qui représente les pensées de Juliette. Ce qu’elle aimerait pouvoir dire, exprimer mais qu’elle se retrouve forcée de contenir, retenir sous peine de faire du mal autour d’elle.

 

« Je lui tends sa couverture.

Il la prend uniquement pour l’enrouler plus étroitement sur mon corps et quelque chose me comprime soudain la poitrine. J’ai les poumons embrochés et ficelés, et je viens de décider de ne pas bouger pendant une éternité, quand il se met à parler.

- Qu’est-ce qui cloche ?

Mes parents ont cessé de me toucher quand j’ai été assez grande pour ramper. J’ai fait pleurer des camarades de classe rien qu’en leur tenant la main. Les professeurs me faisaient travailler seule pour que je ne blesse pas les autres enfants. J’ai jamais eu d’amis. J’ai jamais connu le réconfort d’une mère qui te prend dans ses bras. J’ai jamais senti la tendresse d’un père qui t’embrasse. Je ne suis pas folle.

- Rien.

5 secondes de plus.

- Je peux m’asseoir à côté de toi ?

Ce serait merveilleux.

- Non. »

 

            Car Juliette, enfermée depuis 264 jours dans une cellule dans un hôpital psychiatrique a le malheur de pouvoir tuer quiconque d’un simple contact physique. Un effleurement de bras, une main posée sur une épaule, des lèvres sur une joue… Un don qui l’aura privée de toute liberté, même de voir le soleil ou de respirer l’air extérieur jusqu’à l’arrivée d’Adam, son nouveau compagnon de cellule.

            Sauf que rapidement, on découvrira que le monde a quasiment été ravagé et qu’Adam a été envoyé en réalité dans le but de faire un bilan de son état mental après tous ces jours d’enfermement et de l’enrôler pour le compte de l’organisme qui gère le pays afin d’éradiquer les derniers résistants. Mais qu’elle sera sa réaction après avoir été rejeté par tous et traitée comme un cobaye de laboratoire ? Si seulement Adam n’avait été qu’un inconnu…

            Ma peur, lorsque j’ai commencé à lire c’est qu’1/4 de l’histoire se déroule dans la cellule de Juliette. Mais en fin de compte cela passe très vite. Le temps de mettre en place le récit, que le lecteur s’habitue à une narration originale et de faire la connaissance des deux héros de cette histoire : Juliette et Adam. Avant que l’héroïne ne sorte de sa cellule, fasse connaissance avec ce qu’il reste du monde et de l’un de ses chefs : Warner. Qui rêve de voir la jeune fille se dresser à son côté au prix de n’importe quel moyen.

            J’ai beaucoup aimé Juliette et son fort caractère. Qui n’hésite pas à se battre pour ses dernières convictions. Ce que je trouve d’autant plus remarquable qu’il ne lui reste plus rien dans la vie et que personne ne lui a jamais tendu la main. Sauf un petit garçon dans son enfance et il s’agit d’Adam. Adam qui n’a pas arrêté une seule seconde de me surprendre et de montrer qu’il possédait plusieurs vestes à retourner dans le seul but de pouvoir sauver la seule personne qu’il aime. Vous devinez de qui il s’agit ? Et puis plus tard, la rencontre avec la résistance et tous ses membres tous plus ou moins mutants. Chacun possédant une particularité de mutation génétique.

            J’ai beaucoup aimé ce premier roman et j’ai vraiment envie de découvrir la suite. Comment va évoluer le triangle Juliette/Adam/Warner ? Que va devenir la résistance et quelle aide va pouvoir apporter Juliette ? Son histoire d’amour avec Adam. Leur combat contre Warner. J’ai qu’une seule inquiétude, que Juliette me déçoive tout à la fin comme Katniss dans Hunger Games. Au point que je n’ai pas encore pris la peine de faire le bilan des tomes 2 et 3.

 

Extrait :

« J’ouvre les yeux. 2 fenêtres fracassées me remplissent la bouche de bris de verre.

- Qu’est-ce qu’il y a ?

Sa voix tente la banalité, mais échoue. Elle se veut apathique, mais trahit l’angoisse.

Rien.

Je me concentre sur le carré transparent coincé entre moi et ma liberté. Je veux détruire ce monde de béton pour qu’il bascule dans l’oubli. Je veux être meilleure, plus grande, plus forte.

Je veux avoir la rage, la rage, la rage.

Je veux être l’oiseau qui s’envole.

Le codétenu me parle de nouveau.

- Qu’est-ce que t’écris ?

Ces mots sont du vomi.

Ce stylo qui tremble est mon tube digestif.

Cette feuille de papier est ma cuvette en porcelaine.

- Pourquoi tu veux pas me répondre ?

Il est trop près, trop près, trop près.

Personne n’est jamais assez près. »

Commenter cet article

anti snoring devices 12/02/2014 12:25

I have to complement Tahereh Mafi for the nice book "Ne me touche pas - Insaisissable 1:. Though I was only able to get a translated version, it was worth the trouble, to say the least. I am looking forward to the next installation of the book.

Clovis Simard 01/11/2013 12:28

NE ME TOUCHE PAS = L'OR.fermaton.over-blog.com