Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kezako du livre

Kezako = "Qu'est-ce que c'est ?"

Publié le par Ambroisie
Publié dans : #FINI challenge : Mythes & Légendes !

nous-les-dieux.jpgEditions Le Livre de Poche, Fantastique
Publication : 6 octobre 2004 (VF) _ Réédition : 4 octobre 2006
467 pages _ 6,95 €

 

4ème de couverture : « Et vous, que feriez-vous à la place de Dieu ? »

 

Synopsis : Quelque part, loin, très loin, se trouve une île que ses habitants appellent Aeden. Là, perchée sur un haut plateau, une ville : Olympie. Dans son cœur, une étrange institution, l’Ecole des Dieux, et ses professeurs : les douze dieux de la mythologie grecque, chargés d’enseigner l’art de gérer les foules d’humains pour leur donner l’envie de survivre, de bâtir des cités, de faire la guerre, d’inventer des religions ou d’élever le niveau de leur conscience.

La nouvelle promotion ? Cent quarante-quatre élèves dieux qui vont devoir s’affronter à travers leurs peuples, leurs prophètes, chacun avec son style de divinité. Mais la vie sur Aeden n’est pas le paradis. Un élève essaie de tuer ses congénères, un autre est tombé fou amoureux du plus séduisant des professeurs, Aphrodite, déesse de l’amour, et sous se demandent quelle est cette lumière là-haut sur la montagne qui semble les surveiller…

Après les Thanatonautes et L’Empire des anges, Bernard Werber nous entraîne encore plus loin dans la découverte des spiritualités et des mythologies. A la fin de cette extraordinaire saga où se mêlent aventure, suspense et humour, vous vous poserez, vous aussi, la question : « Et moi, si j’étais Dieu, je ferais quoi ? »

(Présentation de l’éditeur).

 

Mon avis : C’est avec cette trilogie que j’ai découvert pour la première fois Bernard Werber et ce, malgré le prêt de la trilogie des Fourmis et les Thanatonautes par un ami. Des livres qui sont resté plus de six mois à me narguer sans jamais y toucher. N’arrivant pas à aller plus loin que la couverture. Pauvre de eux !

            Finalement, il m’aura fallu attendre la sortie de cette trilogie-ci pour me convaincre. Une histoire qui a su me charmer mélangeant mythologie grecque, fantastique, aventure et Histoire. Oui, histoire avec un grand H. La suite ou devrais-je plutôt dire l’évolution de Thanatonautes et de L’empire des anges, sans que cela n’empêche la lecture.

            Plusieurs choses m’ont frappé dans ce premier livre. La première chose est bien sûr la quatrième de couverture : « Et vous, que feriez-vous à la place de Dieu ? ». En lisant cette question, je n’ai pas pu m’empêcher de penser au mot : religion. Un sujet que j’estime tabou tout autant que la politique dans une discussion sauf si votre seule préoccupation est de créer la discorde. Et quelle ne fut pas ma surprise en voyant qu’au lieu de prendre le parti prix d’un seul dieu unique – un chemin bien glissant – l’auteur décide de nous mener sur le chemin de notre histoire, sur les traces de nos dieux occidentaux : Zeux et toute sa clique.

            Un véritable régale car je me suis toujours demandé à quoi ils pouvaient ressembler tant sur le plan physique que sur le plan psychologique. De plus, j’ai vraiment pris plaisir à les écouter, donner des cours aux élèves dans le but de les élever au rang de « dieu ». Des questions que je ne m’étais jamais posé. Tel que : Comment on devient un dieu ? Quel est son rôle ? Comment ça marche ? Qu’est-ce que ça fait, un dieu ? Et dehors de s’occuper de son peuple, il fait quoi ? Toutes ces questions auxquelles l’auteur nous fait partager ses réponses.

            Ainsi donc, nous suivons l’apprentissage des élèves dieux en même temps que leur planète. Une expérience vraiment prenante car en même temps on revisite l’Evolution. « Au commencement, il y avait… »

            La deuxième chose qui m’a fait aimer ce livre c’est que chaque cours est entrecoupé de petit chapitre sur l’Histoire de notre planète au même rythme qu’évolue Terre 18. La disparition des dinosaures, les premiers hommes, l’apparition du feu, les premiers signes de communication, les premières croyances d’une vie après la mort, les Amazones, les Egyptiens et etcetera. Ce qui m’a marqué le plus étant la liste du « symbolique des chiffres », qu’expose l’auteur et qui apparemment suit une certaine logique complexe dont je serais incapable d’expliquer plus en détail. La liste en question étant déjà assez bluffante en elle-même, je trouve. J’ai hâte d’en connaître la fin.

            Bien sûr, le tout sur fond de fantastique et d’aventure puisqu’on suit Michel accompagné de ses anciens compagnons du monde des anges et du groupe des Thanatonautes dans son apprentissage. Des élèves qui une fois la nuit tombée, en profitent pour partir à la découverte de l’île dont le seul but est d’arriver à monter là-haut et découvrir ce qu’il se cache derrière la lumière. Le premier dieu, le Dieu unique ou bien le diable ? Et comment être sûr qu’il n’y a pas une entité là-haut actuellement en train de les guider ? Qu’est-ce qui nous prouve que Michel et ses amis ne sont pas l’exemple d’un exemple ?

            Le tout sur fond de conspiration policière car quelqu’un ou quelque chose s’amuse à tuer un par un les élèves dieux. Passant entre les mailles des chimères qui peuplent l’endroit et sous le nez et la barbe d’Athéna et sa chouette.

            J’ai vraiment apprécié de relire ce livre. L’auteur nous offre une histoire complète et diversifiante sur plusieurs points, en plus d’être instructive. Le succès à mes yeux étant d’évoluer à travers Michel, élève dieu sur Olympie où il est parfois difficile de faire évoluer un peuple sans s’inspirer de sa propre expérience, de sa propre planète et de son histoire. Une compétition où les moins bons se voient obligés de quitter la partie. Sans oublier les éternelles questions qui accompagne l’histoire. Qui est le déicide ? Qui se cache là-haut derrière la lumière ? Existe-t-il quelque chose ou quelqu’un au dessus du dieu ?

 

Extrait :

« ENCYCLOPEDIE : SYMBOLIQUE DES CHIFFRES

L’aventure de la conscience suit la symbolique des chiffres, lesquels ont été inventés il y a trois mille ans par les Indiens.

La courbe indique l’amour.

La croix indique l’épreuve.

Le trait horizontal indique l’attachement.

Examinons leurs dessins.

« 1 ». Le minéral. Un pur trait vertical. Pas d’attachement, pas d’amour, pas d’épreuve. Le minéral n’a pas de conscience. Il est simplement là, premier stade de la matière.

« 2 ». Le végétal. Un trait horizontal surmonté d’une courbe. Le végétal est attaché à la terre par sa barre horizontale symbolisant sa racine qui l’empêche de se mouvoir. Il aime le ciel et lui présente ses feuilles et ses fleurs pour recueillir sa lumière.

« 3 ». L’animal. Deux courbes. L’animal aime la terre et aime le ciel mais n’est attaché ni à l’un ni à l’autre. Il n’est qu’émotion. Peur, désir… Les deux courbes sont les deux bouches. Celle qui mord et celle qui embrasse.

« 4 ». L’homme. Une croix. Il est au carrefour entre le « 3 » et le « 5 ». Le « 4 » est le moment de l’épreuve. Soit il évolue et devient un sage, un « 5 », soit il retourne à son stage « 3 » d’animal.

« 5 ». L’homme conscient. C’est l’inverse du « 2 ». Il est attaché au ciel par sa ligne horizontale supérieure et il aime la terre par sa courbe inférieure. C’est un sage. Il a transcendé sa nature animale. Il a pris de la distance par rapport aux événements et ne réagit plus de manière instinctive ou émotionnelle. Il a vaincu sa peur et son désir. Il aime sa planète et ses congénères tout en les observant de loin.

« 6 ». L’ange. L’âme éclairée est libérée du devoir de renaître dans la chair. Elle est sortie du cycle des réincarnations et n’est plus qu’un pur esprit, lequel ne ressent plus la douleur et n’a plus de besoins élémentaires. L’ange est une courbe d’amour, une pure spirale qui part du cœur, descend vers la terre pour aider les hommes et achève sa courbe vers le haut pour atteindre encore la dimension supérieur.

« 7 ». Le dieu, ou du moins « l’élève dieu ». L’ange, à force de s’élever, touche la dimension supérieure. Tout comme le « 5 », il a une barre qui l’attache en haut. Mais au lieu de présenter une courbe d’amour vers le bas, il a une ligne. Il agit sur le monde d’en bas. Le « 7 » est là encore une croix, comme un « 4 » renversé. C’est donc une épreuve, un carrefour. Il doit réussir quelque chose pour continuer à monter.

Edmond Wells,

Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu,

(reprise du Tome IV). »défi mythesetlegendes

Commenter cet article