Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kezako du livre

Kezako = "Qu'est-ce que c'est ?"

Publié le par Skelarh
Publié dans : #Genre Domaine Etranger

Anthony HOROWITZ

Editions “Hachette” – 12,90€ – 330pages

 

4ème de couverture :

 

nouvelle-histoires-sanglantes.jpg

 « Un écrivain à succès empoissonné, une émission de télé-réalité où le but du jeu est de sauver sa vie, une voiture qui vous conduira tout droit en enfer, un mp3 maléfique, un site internet spécialisé dans la vente de chair humaine...

 

Si vous n’avez pas peur du noir, ce livre est pour vous ! Sinon, passez votre chemin et rentrez vite vous mettre au chaud à la maison. Mais n’oubliez pas de toujours jeter un coup d’œil derrière vous : qui sait si quelque chose, ou quelqu’un, ne vous guette pas dans l’ombre ?»

 

 

 

L’avis :

 

Anthony HOROWITZ, mmmm, ce nom me dit quelque chose…certains pourraient se dire cela en voyant le nom sur le livre. D’autres feront le rapprochement avec la série à succès « alex Rider ». D’autres encore, se souviendront peut être des ouvrages qu’ils ont lus autrefois comme « l’ile du crâne », « le faucon malté » ou « maudit graal », des ouvrages « jeunesse », il parait…

 

Si je devais me classer, je me mettrai dans la troisième catégorie, c’est avec surprise que je suis tombé sur ce livre sur une table, qui trainait, seul, isolé. Forcement, avec un auteur comme Horowitz, je n’ai pas pu résister à son attrait. On peut dire, qu’il ne m’a pas déçu dans l’ensemble.  

 

On peut dire que l’on est mis dans l’ambiance dés les premières pages, dés la préface du professeur Wendy Grooling qui écrit d’un centre psychiatrique et contredit complètement la sortie de cet ouvrage, principalement en ouvrage « jeunesse ». C’est particulier d’une préface qui critique le livre en lui-même. Puis, on commence à lire par « l’homme qui tua Darren SHAN », l’écrivain de « l’assistant du vampire ». On continu dans l’étrange avec un écrivain qui explique comment en tuer un autre. Tout est étrange et pourtant on se prend au jeu, s’impliquer dans chaque histoire, à frissonner de temps à autre.

 

Petit préférence sur « jouez votre vie », une nouvelle vision de la télé-réalité. On imagine ici un « qui veut gagner des millions », mais chaque mauvaise réponse entraine une mort aussi violente que radicale. « Robo-Nounou » est particulière, violence gratuite ? C’est possible, effectivement, pourtant, chaque mot a un sens, chaque goutte de sang versé sert l’histoire.  En dernier, je citerai « échange sanglant », un pauvre petit américain qui va dans le sud de la France pour tomber, nez à nez, avec un vampire. Rapide ! Efficace !

 

La fin du livre nous met encore plus dans l’ambiance. On assiste à un texte entre l’éditeur et l’assistante d’Horowitz, qui a osé vouloir faire des coupes dans le texte originale avant la publication. Etrange, toutes les coupes voulues, on les a déjà lues… On continue de lire pour comprendre pourquoi ! On peut dire que la fin du livre est étrange, on n’hésite à savoir qui la rédigé, si c’est Horrowitz, ou bien l’éditeur.

 

Un livre vraiment très agréable, des histoires courtes pour s’arrêter facilement entre chaque. Un style toujours aussi plaisant à lire malgré une violence qui pourra en faire rebrousser chemin à certains. Des histoires sanglantes et bien ficelées. Un livre qui se laisse lire, et c’est bien le plus important.

 

 

 

Extrait :

 

 

« L’horreur est-elle un genre littéraire qui convient aux enfants ?

Ma réponse est non. Non, non, non, mille fois non. »

 

« Or, ce fameux sixième jour, en passant devant la chambre de Vladimir pour aller dîner, je l’aperçus debout à côté de son lit en train d’ajuster ses poignets de chemise. Il ne me vit pas. Cela valait mieux car je restai figé sur place, les yeux exorbités, tétanisé comme si j’avais reçu une décharge électrique de dix mille volts.

Vladimir Duclarc n’avait pas de reflet. »

 

Commenter cet article