Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kezako du livre

Kezako = "Qu'est-ce que c'est ?"

Publié le par Skelarh
Publié dans : #Genre Domaine Etranger

Ian cEwan

Editions “Folio” – 2€ – 132 pages

 

4ème de couverture :

psychopolis.jpg


 « Ian McEwan nus raconte des histoires scabreuses dont les héros pourraient faire l’objet d’articles scandaleux : infirmière sadiques, travestis délabrés et désespérés, et autres monstres détraqués. Le lecteur, entraîné aux frontières des zones interdites, va explorer l’univers sismique des pulsions.

 

Il n’y a pas d’âge pour la passion, pour le désir et la frustration, pour le cauchemar ou pour le bonheur. »

 

 

L’avis :

 

Etrange ! On peut qualifier ce livre comme ca je pense ! Pas inintéressant, mais étrange ! J’ai bien eu du mal à voir où se situaient les frontières de la « décence », frontière déjà bien repoussé par Ian McEwan.

 

On a ici le choix parmi trois nouvelles toutes aussi étrange et bizarre les unes que les autres.

 

Masques : Raconte l’histoire de Henry, un petit garçon de dix ans qui a perdu sa mère et va sombrer dans l’alcoolisme. Il est accueilli par Mina, sa tante, ancienne actrice de théâtre. Un lien un peu particulier va se créer entre les deux protagonistes, entre Henry qui ne sait pas ou se situe la limite du raisonnable et Mina, seule et égoïste qui instaure à Henry une vie magique mais pleine de contraintes… Toujours être là pour elle. C’est là que le trouble nous prend, l’attitude de Mina qui sait les contraintes du théâtre et tente de les insuffler à Henry en le déguisant chaque soir d’un nouveau costume (dont des robes et des perruques de femme parfois, c’est à ces moments là, Mina en homme, Henry en femme, que la lecture devient malsaine, l’homme (Mina) boit et traite la femme (Henry) comme une catin… étrange). D’un autre côté, Henry n’a pas d’ami car il tente de plaire à Mina de tout son cœur.

 

Pornographie : Le titre en dit long. On rentre de plein pied dans un monde fait de luxure. Deux frères tenant une boutique, l’un, O’Byrne, voit deux infirmières Pauline et Lucy, sans que l’une ou l’autre ne le sachant, même si elles travaillent dans le même service. Il est clair que O’Byrne est un con. Il joue avec les deux femmes sans penser à leurs sentiments, elles, amoureuse, lui, rien, plat, juste là pour du sexe. Très bonne nouvelle, on se prend à détester cet O’Byrne et la fin arrive pour nous mettre mal à l’aise, c’est une solution radicale, saignante même.

 

Psychopolis : Titre principal de l’ouvrage. J’ai pus lire une nouvelle sur les relations enfant \ femme, sur un homme et deux femmes, que peux nous réserver McEwan pour nous mettre dans l’embarras ? Il commence fort, dés le départ, le narrateur nous évoque son histoire avec une femme rencontrer par hasard qui lui demande d’être enchaîné à un lit et que, quoi qui arrive, ne jamais la détacher. On passe ensuite sur les travers de ces amis avec leurs opinions bien trempés avec, pour atténuer les troubles de chacun, des allusions à des mélodies, à la musique, que le narrateur joue. Son de flute qui mènera les personnages à un diner qui finira sur le coup de feu d’un revolver…

 

Un livre sur des pulsions. Bonnes ? Mauvaises ? Etrange et inquiétante en tout les cas ! Une lecture à ne pas mettre dans les mains de n’importe qui. A lire néanmoins observer l’auteur et apprécier ou non.

 

Extrait :

« Maria travaillait dans une librairie féministe de Venice dont elle détenait aussi des parts. C’est là que j’ai fais sa connaissance, à l’heure du déjeuner, le lendemain de mon arrivé à Los Angeles. Le soir même nous étions amants et, assez peu de temps après, amis. Le vendredi suivant, je l’ai maintenu enchainée par un pied à mon lit tout le week-end. »

 

« Henry, balloté au gré de cette respiration, serré plus fort encore, ouvrit les yeux sur la paleur gris-bleu des seins de Mina, gris et bleu, c’est ainsi qu’il s’imaginait le visage d’un mort. «  Mal au cœur ! » Murmura-t-il contre son corps et vlof ! Sa  bouche évacua silencieusement une masse brun-rouge, le diner et le vin mélangés … »

 

 

Commenter cet article

Marie L. 11/02/2010 19:26


Je ne retrouve plus le titre du romand e McEwan que j'ai déjà lu... Mais j'avais assez bien accroché (c'est vieux, vieux, vieux). Alors, pourquoi ne pas retenter le coup? Surtout que j'aime
beaucoup le "format" des nouvelles...


Skelarh 13/02/2010 17:50


j'aime bien cette collection pour débuter sur un auteur, pas mal de nouvelles et a un prix abordable ^^.