Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kezako du livre

Kezako = "Qu'est-ce que c'est ?"

Publié le par Ambroisie
Publié dans : #Genre Erotique

Sex-in-the-kitchen.jpgEditions La Musardine, Erotique
Publication : 17 janvier 2013 (VF)
318 pages _ 15 €

 

4èmede couverture : « Charlotte, jolie brune de vingt-huit ans, partage ses journées entre son boulot répétitif de maquettiste, sa passion pour les recettes bios, et son blog culinaire qui cartonne. Seule ombre au tableau : sa vie de couple soporifique. Intriguée par les aventures sexuelles de ses deux meilleures copines, Morgane, la fashionista nymphomane, et Déborah, la dominatrice-orthophoniste, Charlotte rêve secrètement d’ébats plus pimentés. D’un jour à l’autre, sa petite vie va basculer. Elle plaque son mec, un nouveau directeur aussi odieux qu’irrésistible débarque dans sa boîte et un mystérieux admirateur lui fait des avances carrément indécentes…

Conversations débridées, humour, manigances, rencards clandestins et parties de jambes en l’air décoiffantes sont au menu de ce roman qui vous tiendra en haleine jusqu’à la dernière page. »

 

Mon avis : Après avoir participé plusieurs fois à « Osez 20 histoires de » avec succès, mouiller les fonds de culotte de plusieurs lectrices, voici que cette jeune auteur plein de talents décide enfin de se lancer en solo. Effet réussi !

            Et pourtant, dès la première page j’ai cru que cela ne serrait pas le cas avec moi, ayant eu besoin d’un petit temps d’adaptation. Pour la simple et bonne raison qu’après tous les  50 nuances, Crossfire et  Tout ce qu’il voudra, j’avais oublié ce que c’était que de la littérature érotique française, ainsi que l’humour qui va avec. Car il faut dire que les comédies romantiques un brin érotique, qui pétillent comme des bulles de champagne dans votre bouche et aussi vivifiant qu’un coup de fouet, ça ne court pas les rues. Apportant un vent de fraîcheur sur le marché de la littérature érotique. Exemple avec ce passage qui m’a bien fait rire en imaginant la tête de l’homme mentionné :

 

« Au moment de quitter la salle de bains, Charlotte fut prise de remords. Elle qui passait ses journées à imaginer des recettes saines et biologique, faites à base de produits cultivés dans le respect de l’environnement, voilà qu’elle se surprenait encore à adopter un comportement antiécologique notoire ! Il fallait vraiment qu’elle renonce à se masturber sous la douche. Combien de litres d’eau gâchés pour son plaisir ? Tout à coup, elle s’imagina Nicolas Hulot surgissant en deltaplane par la fenêtre de la salle de bains et brandissant un bon vieux godemiché en bois non-traité pour la ramener dans le droit chemin ! Il avait raison, ça ne pouvait plus durer, elle devait se décider à acquérir l’un de ces vibromasseurs dont ses copines lui vantaient si souvent les mérites. »

 

            Et des passages de ce genre là, il y en a tout au long du livre. Comment les éviter avec ses deux copines Morgane et Déborah ? Que j’ai adoré toutes les deux. L’une, Morgane, qui change de jobs et de petits amis comme de chemise. Attention, langue de vipère et coup de foudre à chaque coin de rue ! Et l’autre, Déborah, qui mène le fouet d’une main de maître et fait ramper les hommes à ses pieds tout en gémissant et en implorant, habillé de latex. Respect.

            Deux filles aussi déjantées que charmantes qui accompagneront tout du long notre héroïne. La soutiendront lorsqu’elle apprendra que son petit ami l’a trompe avec une collègue de bureau avant de le plaquer comme un mal propre. L’accompagneront lorsqu’il s’agira de sortir pour oublier le vide de sa vie sentimentale. L’écouteront décrire son tout nouveau patron de long en large et son ambition d’avancer dans sa vie professionnelle. Goûteront ses nouvelles recettes bios et se comporteront comme des gamines hystériques à chaque nouveaux messages de cet admirateur secret qui laisse des mails dans la boîte de Charlotte. Usant et magnant les mots dans le but de la charmer…

            Une Charlotte qui s’avéra rapidement très à l’aise dans sa vie et dans sa peau, et j’ai adoré ça. Tous comme ses deux copines. Ici, au revoir les jeunes vierges effarouchées, bonjour aux filles coquines qui aiment le sexe et qui s’assument. Une histoire qui va de rebondissement en rebondissement. Ça pétille et ça brille. A chaque page, on se sent femme, on se sent aimé et libre. Cette lecture a le dont de pimenter la vie.

            Avertissement aux lectrices qui voudraient se lancer dans cette lecture : vos hommes risquent d’aimer autant que vous !

            Malgré tout, j’ai noté quelques petites incohérences pendant ma lecture. Comme des événements qui se passaient trop vite ou trop simplement. Tel que sa vengeance vis-à-vis de son nouveau directeur ou les compétences rapidement acquises par son admirateur secret. Mais on pardonne tout car pour un premier roman je ne m’attendais pas à un diamant brut. Plaisir garantie et ouverture d’esprit conseillé. J’ai hâte de voir comment va évoluer cette nouvelle plume.

 

Extrait :

«  « Et toi Ben ? Tu en penses quoi ? Sodo or not sodo ?

- Oh moi, du moment qu’une fille veut bien me toucher, je suis d’accord pour tout et n’importe quoi, vous savez…, gloussa-t-il, l’air atrocement gêné.

- Bien dit ! s’exclama Déborah. Toi, au moins, tu auras été à la bonne école ! Mais c’est pas tout ça, les amis, je trouve qu’on s’éloigne un peu du sujet : comment Lo va-t-elle pouvoir se venger de Bruno ? Charlotte, si tu as besoin d’aide, je suis une experte ès vengeances.

- J’avais pensé lui envoyer un SMS de rupture et foutre ses affaires sur le palier…

- Oui, ça fait son petit effet. Mais il s’en tire à très bon compte. Tu es sûre de ne pas avoir d’autres envies ?

- J’avoue que je passerais bien un peu d’eau de Javel sur ses beaux costumes Hugo Boss, ceux qu’il chérit tant.

- Alors ne t’en prive pas !

- Ouais, mais il pourrait très mal le prendre.

- Qu’importe, fais changer les serrures. Tu es chez toi, c’est à lui de décohabiter. Tiens, je vais appeler tout de suite mon soumis serrurier pour qu’il te fasse ça dans la soirée. »

  Déborah passe l’appel aussitôt, sans contenir ses clins d’œil complice alors que la conversation battait son plein :

« Allô ! Vieille raclure ! oui, je sais, je te fais un grand honneur de t’appeler. Mais ferme-la plutôt, et écoute : j’ai un boulot urgent pour toi. Si tu t’en acquittes dès ce soir, peut-être daignerai-je te pisser dans la bouche… »

  En quelques secondes, l’affaire fut réglée. Déborah raccrocha.

« J’ai pas été un peu trop sympa avec lui ? demanda-t-elle, l’air inquiet.

- Non, je t’assure que non, rétorqua Charlotte.

- Tant mieux, c’est le genre de type qu’il faut mener à la baguette. Il sera dans une heure sur ton palier. Quant à la grognasse, je me charge de lui faire vivre un enfer si tu me files ses coordonnées. Rien de bien méchant, juste quelques situations désagréables à vivre au quotidien.

- OK ! »

Commenter cet article

Sharon 03/02/2013 13:04


Oui, je suis très tentée par cette lecture- j'ai vraiment envie de lire des livres drôles, non des livres "pesants", et les extraits que tu as mis me plaisent beaucoup.

Ambroisie 05/02/2013 17:17



Je suis heureuse d'apprendre que tu as aimé mes choix d'extraits car j'avais peur que cela ne plaise pas. Si tu lis quand même ce livre, n'hésite pas à venir
laisser un commentaire sur notre blog. J'adorerais connaître ton avis sur cette lecture et échanger avec toi. En tout cas, moi, ça a été une vraie bouchée d'air frais au milieu de tout ce qui
sort en ce moment. Et y'a des passages vraiment drôle, en plus de ceux, un peu plus chaud.



Sharon 01/02/2013 20:01


Parce que je suis enseignante et que mes collègues viennent parfois sur mon blog. Pas envie d'entendre certains commentaires à la machine à café le lundi.

Ambroisie 03/02/2013 12:03



Je peux comprendre ça quand tous les collèges ne sont pas ouvert d'esprit... Tu es tenter de le lire sinon ?



Sharon 30/01/2013 21:37


Les extraits ne manquent pas d'humour. Malheureusement, même si je lisais ce livre, je ne pourrai le chroniquer sur mon blog.

Ambroisie 31/01/2013 11:02



Pourquoi ça ?