Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kezako du livre

Kezako = "Qu'est-ce que c'est ?"

Publié le par Ambroisie
Publié dans : #Genre Fantastique

succubus-revealed-copie-1.jpgEditions Bragelonne, Fantastique
Publication : 2011 (VO), 2012 (VF)
384 pages _ 21 €

 

4èmede couverture : « Georgina e eu l’éternité pour comprendre le sexe opposé, et pourtant des hommes parviennent encore à la surprendre. Comme Seth Mortensen, qui a risqué son âme pour devenir son amant. Mais avec un patron comme Lucifer, Georgina ne peut pas simplement raccrocher ses talons hauts et goûter aux joies de la vie de famille. En fait, elle est même obligée d’accepter une mutation à Las Vegas. Travailler dans la ville du péché est le rêve de tout succube qui se respecte, mais les amis de Georgina sont soupçonneux. Pourquoi les autorités de l’Enfer sont-elles si pressées de l’éloigner de Seattle, et de Seth ? »

 

Mon avis : En prenant ce livre dans mes mains, j’étais loin de me douter que je m’apprêtais à dire au revoir à Georgina et toute sa clique, sans oublier celui qu’elle a choisi comme l’homme de son cœur : Seth. Que cette série qui aura été pleines de surprises et de déceptions – encore dans ce tome, malheureusement – s’achèverait au bout du sixième tome.

            Toute chose à une fin.

            A l’image de Georgina, au début, je nageais en plein bonheur. Heureuse de retrouver la vie de notre cher succube de retour de ses dernières mésaventures et enfin en couple « officiellement » avec Seth. Jusqu’à ce qu’un jour, un courrier arrive des Enfers lui annonçant qu’elle se voit muter dans un mois à la ville de Las Vegas. Une décision un peu active et qui l’obligerait à vivre une relation à distance. A condition que leur couple surmonte cette relation à distance qu’implique cette annonce. Une annonce qui n’en est pas moins douteuse puisqu’elle n’a pas été exécutée dans les règles de l’art., faisant naître le doute en elle. Donc, forcément, c’est une erreur…

            A partir de ce moment là, à l’unisson avec notre héroïne, tout commence à dégringoler, à devenir un calvaire. Au lieu de continuer sur les sentiments que sera amené à affronter Georgie je vais plutôt vous parler des miens, en tant que lectrice. Depuis l’avant dernier ouvrage, j’avais hâte que le voile se lève sur ce qui unissait Seth à Letha mais à aucun moment, je ne me doutais à ça.

            D’abord, contrairement à ce que dit le résumé, les premiers soupçons proviennent de Georgina elle-même. Et ce qui me fait grincer des dents c’est que ce n’est pas la première fois que je fais remarquer que le résumé proposé par l’éditeur n’est pas vraiment en accord avec le contenu de l’ouvrage. Quand ça commence à devenir répétitif, ça comme à m’agacer…

            Ensuite, je trouve ENCORE une fois que l’histoire manque d’action. Même si j’apprécie de suivre la vie mouvementé de notre succube et de son amoureux, à un moment donné, on s’attend à un rebondissement, à se faire bousculer. Au lieu de ça, ça s’essouffle. Au pire, on a l’impression de ressentir une pichenette. Un défaut qui se fait cruellement ressentir au moment de l’affrontement entre Georgina et son procès face aux Enfers. Personnellement, je m’attendais à un combat digne des titans mais non. A peine si la partie opposée prend la parole. Choquant quand la partie opposée est l’enfer lui-même ! Pas de grognement, de flammes, de dents pointues et luisantes, de hurlements en fin sonore. Même dans un tailleur coupé sur mesure, je m’attendais à un peu plus de mordant. En fin de compte, on a l’impression que c’est limite trop facile, gagné d’avance. Une bataille dès plus médiocre.

            Vous comprendrais que j’ai été déçue. Je m’attendais à autre chose comme adieux. A quelque chose de mieux travaillé et d’aboutie quand on remarque qu’en six tomes, c’est seulement pendant les deux derniers que l’histoire commence réellement à prendre de l’importance, à se fixer sur Georgina. Malgré toutes ses critiques, je suis quand même étonnée d’avoir tenue jusque là. Habituellement, il y a longtemps que j’aurais déjà laissé tomber. Dois-je mettre ça sur le charme de notre héroïne ?

            J’ai quand même aimé la toute fin. Malgré tout, ça ne retire en rien le fait qu’à nouveau j’ai trouvé l’histoire trop légère, trop facile. Ça manquait de combattivité, de travail et d’aboutissement.

Commenter cet article