Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kezako du livre

Kezako = "Qu'est-ce que c'est ?"

Publié le par Ambroisie
Publié dans : #Genre Jeunesse

tous-les-garcons-et-les-filles.jpgEditions Ecole des Loisirs/Medium, Jeunesse
Publication : 19 mars 2003 (VF)
111 pages _ 9 €

 

4ème de couverture : « C’est la rentrée et Julien devine tout de suite que quelque chose cloche dans ce nouveau lycée. Pourtant, la classe de seconde D est une classe comme les autres, avec des crâneurs, des premiers de la classe, des filles aux agendas de star et des paresseux collés au radiateur.

Non, ce qui cloche, c’est Julien. Il se sent à la fois si loin et si différent des autres garçons. Il n’aime pas leurs blagues sur les filles, il ne s’intéresse pas au foot et déteste les jeux vidéo. Il fait tout de même des efforts pour s’intégrer. Il suffit d’ailleurs de quelques vannes à la récré, et le voilà adopté.

Ouf ! Avec Clément, c’est différent. Dès le premier jour, Julien décide que ce garçon clame et silencieux assis en classe devant lui, avec sa grande nuque et son col de chemise impeccable, sera son meilleur ami. Un ami dont il se surprend à écrire le nom en tout petit sur ses classeurs. »

 

Mon avis : Un livre au résumé évocateur et attirant. Un début qui démarre sur les chapeaux de roues et qui se finit, assez platement. Où est-ce simplement parce que je n’ai pas aimé la fin ?

            Dans tous les cas, je crois que j’en attendais beaucoup, voir peut-être même trop, de ce petit roman après ces prédécesseurs qui ont su me flatter tout au long de mes lectures. C’est bien dommage car des les premiers mots j’ai adoré Julien, personnage dans lequel n’importe quel lecteur se retrouve un jour de rentrée des classes. Et encore plus face à l’amitié naissante entre lui et Clément. Clément, le genre de mec dont j’aurais pu tomber amoureuse ou tout simplement, parler avec lui avec les yeux comme avec Julien. Un genre d’amitié très rare et particulière qui a parfois tendance à couper du monde les deux êtres concernés.

            Une relation certes, ambigu, mais qui n’offre pas non plus d’excuse pour être rejeté par la société. Pour preuve, Julien se sent bien dans sa peau en général et gère très bien son statut d’enfant de parents divorcés. Il devient juste insomniaque et un maniaque du rangement et de la poussière.

            Là s’arrête les indicateurs annonciateurs.

            Certes, Julien est différent et alors ?! Qui ne l’a pas été à l’âge de l’adolescence ? Et il aime être avec Clément. Quoi de plus normal puisque c’est son pote, son meilleur ami ?

            Rien de plus banal dans la petite vie bien rodé de Julien jusqu’à ce qu’un ami l’insulte d’être gay. Alors, la vérité se fera tout simplement jour dans son esprit, et il deviendra amoureux de Clément. Et de Clément, qu’en est-il ? De ça, on n’en sait rien. Ce que je trouve dommage, voir trop facile. Ce que je reproche. Là où d’autre vive une vraie crise d’identité, lui, Julien, l’accepte simplement comme si il sortait de l’ombre. Encore une fois, j’ai trouvé ça trop facile. Mon intérêt pour Julien et Clément gâché. N’y aura-t-il donc jamais une fin dans les ouvrages de cette collection qui nous montrera une fin heureuse, se terminant sur la naissance d’un couple ? Où chaque jeune lecteur doit-il soit s’attendre à être rejeté ou soit, se préparer à la mort, en cherchant des réponses dans les livres ?

            Un thème à exploiter…logo salon du livre 2012

Commenter cet article

Luna 15/04/2012 11:30


C'est vrai que face à ce résumé je me serais laissée tentée... Mais bon, ce que tu en dis me fait tiquer : l'histoire a l'air un peu trop "facile". Bon, je le lirais peut-être quand même !

Ambroisie 15/04/2012 18:40



Heureusement, il existe pleins d'autres titres dans la collection Medium et il y en a pour tous les goûts. Je pense bien découvrir Oh,  boy ! qui traîne dans la biblio de mon petit frère pour la prochaine fois. Et l'auteur Moka aussi. Très connu sauf de moi !