Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kezako du livre

Kezako = "Qu'est-ce que c'est ?"

Publié le par Skelarh
Publié dans : #Genre Domaine Etranger

 

Veronika décide de mourir

                                                           – Paulo Coelho –

Editions « Le livre de poche »

 

4ème de couverture :

 « Veronika est jeune et jolie. Elle a un travail, des amis. Une vie apparemment satisfaisante. Pourtant, elle n’est pas heureuse. Le 21 novembre 1997, elle décide de mourir.

Son suicide raté la conduit dans un hôpital psychiatrique. Là, à côté de malade mentaux, elle découvre une population qui ne semble chercher qu’un abri contre la réalité, ou une fuite hors de la routine…

Une nouvelle initiation va commencer pour elle. Elle comprendra que nous avons le choix de vivre ou de renoncer, que nous pouvons donner un sens à notre vie, qu’il faut pour cela retrouver notre Moi véritable. Et même notre part de folie…

Les millions de lecteurs de l’Alchimiste et de La cinquième Montagne ont trouvé auprés de Paulo Coelho un guide dans leur quête la plus intime. Il s’adresse ici à tous ceux qui, comme Veronika, ont été tentés de désespérer. »

 

 

 

 

L’avis :

 

On ouvre un vieux carton couvert de poussière. Dedans, à l’intérieur, de nombreux livres cachés et oubliés par le temps. On reprend un livre, au hasard, nos doigts se rappelle les aspérités de la couverture, chaque pliure dut à une lecture forcené. Un bandeau noir cache le prix, le cadeau d’une amie, un cadeau qui m’avait marqué autrefois et que, en moins d’une journée, j’avais dévoré, engloutis chaque mot. De là, les images reviennent, certaines nettes d’autres plus floues et l’envie de relire s’insinue et nous prend au corps.

 

Véronika s’ennuie dans la vie, elle a le sentiment d’avoir atteint ses objectifs et qu’elle a fait ce pourquoi elle était présente sur Terre. Une dose massive de médicament, un suicide raté qui la mène à Villette, un hôpital psychiatrique en Slovénie, l’histoire démarre. Véronika n’a pas réussi à terminer sa vie comme elle l’entendait, mais par son essai raté son cœur est atteint et cessera bientôt de battre. Dans l’attente de la mort, elle va découvrir ce qu’est la vie au travers des regards de fous qui ont trouvé une cachette contre le regard des autres.

 

Malgré quelques longueurs, on se prend au jeu et le livre nous force à nous poser des questions sur soi, sur son « Moi » intérieur ! On vit les derniers jours de Véronika comme si l’on y était, à éprouver de la peine pour cette jeune femme qui bientôt va mourir ! Qui va mourir au moment même où elle découvre ce qu’est la vie et ou commence, s’arrête, la folie.

A lire ! A relire ! A tomber sous le charme !

 

Commenter cet article

MyaRosa 19/01/2010 17:28


Non, mais L'Alchimiste est dans ma PAL depuis longtemps.


Skelarh 20/01/2010 14:04


J'espère qu'il te plaira tout autant alors quand tu en arriveras à son niveau dans ta PAL ^^ j'attendrais ton article dessus !


MyaRosa 18/01/2010 18:15


Je l'ai beaucoup aimé celui-ci. Je me suis posée beaucoup de questions après cette lecture.


Skelarh 19/01/2010 09:38


Content que cette lecture t'es plus ^^ en as tu lu d'autre du même auteur? Si je pouvais t'en conseiller un second je te dirais bien "l'alchimiste". Ces deux livres
m'ont marqué, mais le style de Coelho est très particulier dans son écriture.


latite06 12/01/2010 16:44


Inscrit dans ma LAL, je ne le connaissais pas mais le billet m'a donné envie 


Skelarh 13/01/2010 09:32


Content que l'article t'es intéressé et donné envie ^^ j'espère que le livre te plaira ! Bonne lecture prochaine !


Marie L. 04/12/2009 17:08


Mais Veronika meurt quand même???
Ah non, c'est trop triste, je ne veux pas déprimer...
J'avais beaucoup aimé "L'Alchimiste", j'ai lu d'autres romans de Coelho. MAIS, parfois, l'auteur adopte un ton (ou des propos) un peu "christianisants" et ça me gêne un peu... Est-ce le cas avec
celui-ci? Est-ce qu'il rapporte "le goût de la vie" à la Foi, la Lumière???


Skelarh 04/12/2009 20:07


Tu déprimeras pas ^^ y a de la tristesse c'est certain ! On réfléchit aussi ! (J'ai été plus triste en lisant "la petite absente" que celui là) Par contre, je te le cache pas, le ton qu'il
adopte parfois me gène tout autant. ("la faim du tigre" c'est beaucoup de ca) celui la ca va, il le prend un peu, mais ca reste rare. ;-)