Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kezako du livre

Kezako = "Qu'est-ce que c'est ?"

Publié le par Ambroisie
Publié dans : #Genre Album

Yexian.jpgEditions HongFei, Album
Publication : 6 octobre 2011 (VF)
40 pages _ 15,20 €

 

4ème de couverture : « Yexian, sensible et sage, est tourmentée par sa belle-mère et sa demi-sœur. Elle trouve son réconfort auprès d’un poisson aux yeux d’or. Mais la marâtre tue le poisson et l’enterre au pied d’un arbre.

Une Immortelle venue consoler Yexian lui révèle un secret : si l’enfant prend soin du squelette du poisson, celui-ci exaucera chacun de ses souhaits.

La magie du poisson permet à Yexian de se parer des plus beaux atours et de se rendre secrètement à une grande fête. Mais sa belle-mère s’y trouve aussi et semble la reconnaître. Dans sa fuite, Yexian perd une de ses magnifiques chaussures. Le soulier d’or, parvenu entre les mains d’un roi, conduira enfin la jeune fille à son bonheur.

Un conte chinois du IXe siècle qui rappelle la merveilleuse histoire de Cendrillon. »

 

Mon avis : Je ne sais pas trop quoi vous dire, ni ajouter suite à un résumé proposé par l’éditeur aussi complet. En tout cas, pas grand-chose en ce qui concerne le contenu de l’histoire. A part que j’ai été assez surprise, celle-ci me rappelant au départ Blanche-neige et ensuite, Cendrillon. Si vous aussi vous lisez ce conte, vous comprendrez pourquoi.

            Fait plus extraordinaire est de découvrir dans les notes que ce classique chinois, écrit par DUAN Chengshi au Ixe siècle est apparu huit siècles avant la version de Cendrillon, de Charles Perrault. Après cette découverte, on est en proie de se demander qui copie sur qui ? Est-ce que tous nos contes sont-ils inspirés d’autres contes encore plus anciens ? Alors que DUAN Chengshi tenait lui-même cette histoire de son serviteur Li Shiyuan, originaire du sud-ouest de la Chine. Mystère…

            Un crayon que j’ai redécouvert, où je trouve le mariage des couleurs toujours aussi soigné et sympathique après Petite Poisson veut voler. Au départ, je n’avais pas fait attention au nom de l’illustrateur jusqu’à ce que des souvenirs remontent à ma mémoire et que je fasse ma petite recherche.

            Coup de cœur pour le poisson aux yeux d’or aux écailles pleines de couleurs. J’adore les illustrations qui respirent la gaieté et la joie de vivre malgré des passages tristes. Petit bémol en ce qui concerne Yexian qui à mes yeux, abusera du pouvoir du squelette du poisson en faisait des souhaits absurdes tel que demander des bonbons, des bijoux et des habits. C’est la seule chose que je regrette.

Commenter cet article

Loïc 09/10/2012 16:46


Bonjour Ambroisie,


je découvre votre post et vous remercie de votre lecture fidèle des livres des éditions HongFei Cultures.


Je souhaiterai apporter une double nuance à votre chronique.


La première concerne l'origine du conte que nous connaissons sous le nom de Cendrillon. Il n'est pas question d'envisager que quelqu'un copie quelqu'un d'autre. Certains contes ont traversé les
temps et les espaces parce qu'ils ont à voir avec des fondamentaux humains. Le conte Yexian (version chinoise de Cendrillon) est la première version écrite qu'on connaisse mais rien ne dit
qu'elle fut la première version racontée. Le conte avait peut-être traversé bien des mers et des déserts avant que d'être mis en mots par un auteur chinois. Et que ce conte soit passé par chez
nous ou qu'il y soit revenu, et surtout qu'il y soit encore si présent dit toute l'importance qu'il revêt pour notre société.


La seconde concerne votre jugement final sur les "souhaits absurdes" de Yexian que vous regrettez. Vous êtes bien dure avec une jeune fille blessée... Surtout ne regrettez rien car il lui a fallu
passer par là pour grandir et désirer ce qui était le mieux pour elle. Pour bien percevoir cet aspect, nous vous invitons à lire deux post que nous avons publiés à ce sujet sur le blog des
éditions HongFei : ils sont intitulés "L'apprentissage du désir" 1 http://blog-de-hongfei-cultures.hautetfort.com/archive/2011/11/07/l-apprentissage-du-desir-1.html et
"L'apprentissage du désir" 2 http://blog-de-hongfei-cultures.hautetfort.com/archive/2011/11/15/l-apprentissage-du-desir-2.html.


Bonne lecture.


Loïc Jacob, HongFei Cultures

Ambroisie 09/10/2012 18:05



Merci beaucoup pour votre passage. Cela me fait très plaisir.


J'ai lu attentivement ce que vous avez écrit et j'ai aimé cette nouvelle façon de voir le conte de Cendrillon.
Non pas comme une histoire qui a été copié par un de nos paires mais plus comme un récit qui aurait traversé les siècles, tout en subissant des transformations pour être compréhensible à
chaque nouvelle génération. Je ne l'avais pas imaginé ainsi et avec du recul, je trouve cela tout à fait juste. J'avais juste oublié que nos contes, en plus d'avoir traversé nos frontières
européennes ont aussi traversé le monde entier.


J'espère qu'il existe d'autres contes chinois du même genre que vous nous ferait un jour découvrir.


Ensuite, en ce qui concerne les souhaits de Yexian, en tant que lectrice j'avais parfaitement compris que l'héroïne devait passer par cette étape
pour apprendre de ses erreurs. J'aurais juste préféré que ce ne soit pas à coup de bonbons... Je pense que c'est dû au fait que dans nos propres contes, les héroïnes font des souhaits plus
égoïstes.


J'ai aimé cet échange avec vous Loïc. J'espère que je pourrais à nouveau en avoir l'occasion.