Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kezako du livre

Kezako = "Qu'est-ce que c'est ?"

Publié le par Ambroisie
Publié dans : #challenge : Je lis aussi des albums 2013

Editions Hatier, Album
Publication : 5 janvier 2011 (VF) _ Réédition : 15 mai 2013
32 pages _ 5,30 €

 

4ème de couverture : « Bleu comme les bleuets, bleu comme mon bonnet, rouge comme les coquelicots, rouge comme mon poisson Pedro…

- Tu as remarqué Pepin, que certaines couleurs ne sont pas dans l’arc-en-ciel ? »

 

Mon avis : J’avais déjà vu les formats cartonnés en rayon, au niveau apprentissage. Je savais donc que les ouvrages avaient un but pédagogique mais quand j’ai vu les petits formats souples au rayon des albums, j’ai été soudainement intriguée. Surprise aussi. Surprise par la beauté des dessins en couverture et du contenu du livre.

            J’ai adoré ce petit livre ! Un vrai petit bonheur en plus d’être un petit bijou. Au premier abord, ce sont les dessins qui accrochent le regard. Et ils sont vraiment très beaux. Ensuite, l’histoire. J’ai totalement accroché parce qu’au récit se mélange l’apprentissage des couleurs. Chaque image complète le texte et inversement. Et sur la partie de gauche, il y a à chaque fois un rond de couleur, de la couleur qui va être travaillé dans le paragraphe. Cette idée de mélanger plaisir et travail – apprentissage – j’ai beaucoup aimé ! Je comprends que la collection de Balthazar a autant de succès auprès des enfants. Sans s’en rendre compte, ils apprennent, découvrent. Un vrai régal.

            Puis, Balthazar est adorable. J’ai craqué pour ce petit garçon en costume bleu avec des oreilles de lapin qui bougent toujours dans tous les sens, en fonction de ce que fait le petit garçon. Sans oublier Pépin, son doudou vivant – si je ne me trompe pas – qui cavalcade partout avec lui.

            De mon point de vue, on ne peut que tomber amoureux de Balthazar, de Pépin et des dessins. Je n’ai qu’une hâte, découvrir d’autres titres pour voir si ils sont tous aussi bien. Parce que j’adore vraiment.

Commenter cet article