Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kezako du livre

Kezako = "Qu'est-ce que c'est ?"

Publié le par Ambroisie
Publié dans : #challenge ABC 2013 : Littératures de l'Imaginaire

Editions Philippe Picquier, Domaine Etranger
Publication : 2011 (VO), 2 mai 2013 (VF)
193 pages _ 18,50 €

 

4ème de couverture : « Pour échapper à la noyade, un enfant développe des branchies qui vont lui permettre de respirer, de survivre dans le monde des hommes et de nager dans la solitude de l’eau et le bonheur d’être libre au milieu des poissons.

Cet épisode sera pour lui comme une seconde naissance car il ne se souvient de rien de ce qui s’est passé avant. Recueilli par un vieil homme et son petit-fils, il mène avec eux une vie frustre et innocente au bord du lac où ils vivent, forcé de cacher sa singularité aux yeux des autres.

Profondément ancré dans la réalité de la Corée d’aujourd’hui, ce roman distille un charme secret. Imprégné de l’odeur de l’eau et des algues, de la violence de la pluie, il conte l’histoire d’un être à part, dont la différence est à la fois un malheur et une grâce, avant de devenir le moyen de sauver les autres. »

 

Mon avis : J’ai beaucoup hésité à vous présenter ce livre, à savoir si j’allais l’incorporer oui ou non au challenge. Pour la simple et bonne raison que le récit est typiquement asiatique, malgré la touche de surnaturel en la présence du personnage principal. Les bases de cette histoire, elles, continuant de s’intéresser aux thèmes récurant de la famille, des souvenirs, de l’amour, de sa place dans le monde moderne et de la mort. La mort. Du peu que j’ai pu lire de la littérature asiatique, j’ai toujours été confrontée à ce thème. A croire que tous les auteurs en font une fixation. Où est-ce tout simplement que la signification de l’au-delà y est différente chez eux ?

            Dans tous les cas, j’ai réussi à venir à bout de ce roman – chose assez rare, me concernant – pour en finir chamboulée, l’âme retournée.

            Suivre le récit de Gon, ce jeune homme poisson, recueilli pendant son enfance par un grand-père et son petit fils fut ensorcelant. Découvrir pourquoi ils se sont quittés tous les trois à travers la visite de Haeryu, totalement chamboulant. Malgré son indifférence pour le monde qui l’entour, on se rend compte que Gon, partout où il est passé a laissé un sillage derrière lui dans le cœur des gens comme il l’aurait fait à la surface de l’eau. Qu’il envoûte tout autour de lui comme l’eau l’envoûte à son tour.

 

« Dans la cour, Gon se lavait les cheveux. Le shampooing moussait sur sa tête. A l’instant où Inyeong s’apprêtait à le surprendre en lui chatouillant les côtes, ce qu’elle vit la freina brutalement dans son élan. Le dos du garçon, joliment bronzé, semblait souple et musclé ; ses omoplates scintillaient à chaque fois qu’il bougeait, leur éclat était plus impressionnant encore que celui de la pierre ou du morceau de verre incrusté dans le pendentif. Contrairement aux objets qui ne resplendissaient que sous le soleil, les écaillent qui poussaient sur son dos étaient elles-mêmes source d’une lumière si puissante qu’elle en devenait aveuglante.

  Inyeong crut enfin comprendre d’où il venait, pourquoi il vivait caché dans cette vieille baraque, sans contact avec le monde extérieur, et pourquoi Kangha et son père ne lui avaient pas dit un mot à son sujet. »

 

            C’est donc désolé que l’on apprend à travers Haeryu qui est venu le remercier de l’avoir sauvé des eaux quelques années plus tôt, comment fini l’histoire entre Gon, le vieillard et Kangha. Et malgré les larmes, on tombe involontairement amoureux de Gon, qui ne demande rien d’autre dans la vie que d’être aimé et pouvoir rester auprès de ceux qu’ils aiment, en désespoir de cause. Et puis qu’on l’accepte comme il est, lui qui a toujours fait en sorte de sauver tout ce qui tombait à l’eau tout en devant se cacher du monde.

            Une courte histoire touchante, merveilleusement bien écrite, que j’hésite à conseiller de lire si c’est pour finir le cœur en pleur.

 

Extrait :

« - Alors, comme il était tout mouillé parce qu’il était allé chercher mon ballon et mes tongs, je lui ai proposé de venir dans notre tente et de lui prêter des vêtements de papa, mais il m’a dit qu’il aimait la mer et vivait dans l’eau. Je lui ai demandé pourquoi et il m’a répondu qu’il cherchait des gens très importants pour lui. Je lui ai demandé pourquoi il les cherchait dans la mer, et il m’a dit qu’en fait il cherchait leurs corps. Ça m’a fait un peu peur, alors je lui ai dit merci en m’inclinant et puis au revoir. Mais quand j’ai relevé la tête, il avait déjà fait demi-tour et s’en allait. A ce moment-là, le vent a soulevé ses cheveux et j’ai vue qu’il avait de grandes blessures derrière les oreilles. Elles ont frémi et un peu d’eau en a coulé. Le monsieur avait une odeur de mer et à cause du vent ça a senti un peu plus fort. Comme j’étais plus petite que lui, je n’ai pas pu voir vraiment ce que c’était, ces fentes, alors je me suis approchée pour regarder de plus près, mais il entré dans l’eau sans se retourner. J’ai à peine eu le temps de cligner des yeux qu’il était déjà loin et j’ai eu du mal à détacher mon regard avant qu’il n’ait disparu dans les vagues. »

Commenter cet article

Moineau 20/08/2014 17:49

Tu m'as donné envie de le lire, merci ^^

DarkHawk 20/08/2013 21:21

Celui là, il me le faut ! :)
Merci à toi.

Ambroisie 21/08/2013 16:03

Mais de rien. C'est un plaisir de me savoir utile de temps en temps !