Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kezako du livre

Kezako = "Qu'est-ce que c'est ?"

Publié le par Ambroisie
Publié dans : #challenge : Je lis aussi des albums 2013

Editions HongFei, Album
Publication : 18 avril 2013 (VF)
32 pages _ 14 €

 

4ème de couverture : « D’une belle écriture, le maître fait un miracle !

Une histoire de don et de générosité inspirée de la vie du célèbre calligraphe chinois du IVe siècle, WANG Xizhi. »

 

Mon avis : Une fois encore, un très bel album tout en douceur et simplicité dans le même genre que Dragons de poussière. Plus les années passes et plus les Editions HongFei nous proposent de vraies perles avec ses titres.

            Cette fois-ci, il s’agit de raconter à travers les pages l’une des anecdotes de Wang Xizhi. De son talent à la calligraphie et de son aide apportée à la vieille Laolao à vendre ses éventails. Pour cela, l’artiste se contentera simplement d’apposer son pinceau sur les feuilles en papier de riz, de tracer un vers et de laisser faire ensuite la réputation de son nom. Rapidement, les éventails s’écouleront jusqu’à rupture total, à la grande surprise de Laolao.

            Une très belle histoire où il y est question d’aide à autrui, de respect envers ses aînés et de générosité. Un récit enrichissant par sa simplicité et la morale qui y ait transposé.

            Les dessins, très beaux dont l’atmosphère me rappelle mon coup de cœur de l’année dernière sont toute fois un peu plus énergiques. Il y a aussi plus de couleurs et les traits sont mieux définis. Malgré tout, bien que cela fasse craquer mon cœur, cela ne va pas jusqu’à le faire fondre.

            J’attends le reste de l’année pour élire mon coup de cœur. Un titre qu’il faut tout de même avoir dans sa bibliothèque !

 

Extrait :

Le calligraphe _ Chun-Liang Yeh & Nicolas Jolivot
Le calligraphe _ Chun-Liang Yeh & Nicolas Jolivot
Le calligraphe _ Chun-Liang Yeh & Nicolas Jolivot
Le calligraphe _ Chun-Liang Yeh & Nicolas Jolivot
Le calligraphe _ Chun-Liang Yeh & Nicolas Jolivot

Commenter cet article