Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kezako du livre

Kezako = "Qu'est-ce que c'est ?"

Publié le par Ambroisie & Skelarh
Publié dans : #challenge ABC 2013 : Littératures de l'Imaginaire

Editions Robert Laffont, Fantastique/Jeunesse
Publication : 6 septembre 2012 & 18 avril 2013 (VF)
17,90 €

 

4ème de couverture :

Vol 1.

« Elle a 18 ans, il en a 20. A eux deux ils forment le Phænix, l’oiseau mythique qui renaît de ses cendres. Mais avant de le devenir, ils devront se retrouver et s’unir dans un amour pur et éternel…

Depuis l’origine du monde, le Phoenix meurt et renaît perpétuellement de ses cendres. L’être fabuleux est constitué de deux âmes sœurs. A chacune de ses résurrections, ses deux moitiés doivent se retrouver et s’aimer pour reformer l’oiseau légendaire. Car lui seul a le pouvoir d’éloigner les menaces qui pèsent sur l’humanité. Malheureusement, les deux amants ont été séparés et l’oubli de leurs vies antérieures les empêche d’être réunis…

Aujourd’hui, dans le Sud de la France. Anaïa a bientôt dix-huit has. Elle a déménagé en Provence avec ses parents et y commence sa première année d’université. Passionnée de musique et de théâtre, Anaïa mène une existence normale. Jusqu’à cette étrange série de rêves troublants dans lesquels un jeune homme lui parle et cette mystérieuse apparition de grains de beauté au creux de sa main gauche. Plus étrange encore : deux garçons se comportent comme s’ils l’a connaissaient depuis toujours… Bouleversée par ces événements, Anaïa devra démêler le vrai du faux, comprendre qui elle est vraiment et qui saura la compléter. Elle devra souffler sur les braises mourantes de sa mémoire millénaire pour redevenir elle-même. S’ouvriront alors les portes d’une nouvelle réalité dans laquelle amour et fantastique sont étroitement liés. »

 

Vol 2.

« Elle a tout oublié, il se souvient de chaque instant. Depuis la nuit des temps, il se sont retrouvés pour former le Phænix. Cette fois, afin que l’oiseau mythique renaisse de ses cendres, les deux amants devront ranimer le feu sacré…

Au cours de sa première année de fac dans le sud de la France, Anaïa a découvert qu’elle était détentrice d’un secret profondément enfoui en elle. Deux garçons qu’elle a rencontrés, Eidan et Enry, attendent d’elle qu’elle se souvienne, et qu’elle recouvre sa véritable identité. Une série de rêves troublants la hante, un mystérieux visiteur lui laisse des messages la nuit à travers les paroles de chansons… Grâce à ces indices, elle pourra renouer le fil coupé de son existence et découvrir que l’amour est la seule étincelle capable d’allumer le brasier de ses souvenirs. Celui qui est son âme sœur est là, près d’elle, tout près d’elle… réchauffée par les flammes de leur passion, Anaïa devra encore affronter les démons de son passé. Leur fusion suffira-t-elle à réparer ce qui a été brisé et à écarter le péril qui les guette… »

 

Mon avis : A l’heure actuelle où lorsqu’on se ballade dans une librairie, on ne trouve sur les tables que des histoires d’amour avec du sexe pour les femmes – mâtures ou curieuses – ou des histoires d’amour avec des crocs pour les adolescentes, cette lecture est une bouchée d’air frais.

            De un, elle est terminée et ne compte que deux tomes en tout et pour tout. Permettant ainsi de moins dépenser que pour une longue série que l’on aime et de ne pas attendre une dizaine d’années avant d’en connaître le dénouement final. Et de deux, propose d’aborder un thème nouveau : le Phoenix. Au tapis vampires, loups-garous et autres créatures surnaturelles.

            Et pour une fois, pour une fois ! L’héroïne n’est plus une petite lycéenne qui ne dépasse pas les 16 ans les bras levés mais une jeune étudiante, française avec ça. Donc, pas besoin de s’expatrier pendant cette lecture de l’autre côté de l’océan, direction le Sud de la France avec son mistral et un baromètre qui frôle l’explosion lors des plus chaudes journées. Du 100% made in France comme nous en vente toutes les informations du moment.

            Une lecture appréciable de par son sujet mais aussi de par sa narration. Chaque chapitre est entrecoupé de discussion facebook – j’imagine qu’il s’agit de cela, n’ayant pas de compte facebook – entre les différents personnages. Parfois, ces discussions donnent des informations sur la suite ou reviennent sur un événement qui vient de se passer. A cela se mélange de nombreuses références musicales dont on peut retrouver la liste à la fin du roman si on veut pouvoir les écouter plus tard.

            Tout ceci accompagne l’histoire, les interrogations de l’héroïne suite à son arrivée dans sa nouvelle école. Ses retrouvailles avec Garance, une ancienne amie qui ne baisse jamais les bras. La découverte de ses nouveaux camarades de classe, dont le si énigmatique Eidan et Enry qui se verra vite surnommé Thor à cause de sa ressemblance avec le héros du film. Deux garçons aux caractères totalement opposés mais pour qui l’héroïne ressent tour à tour quelque chose. En plus d’une capacité de guérison étrangement rapide, l’apparition de grains de beauté dans sa main suite à des douleurs et des rêves bizarre où elle retrouve l’homme de sa vie dans une tour. A cela il faut ajouter le comportement étrange d’Eidan et d’Enry qui lui parlent comme-ci ils se connaissaient depuis toujours. Mais se souvenir de quoi ? De qui ? Et pourquoi ? Sans oublier cette étrange histoire de Phænix et ses chansons qui lui parviennent dont ne sait où qui jalonnent sa vie comme des petits cailloux sur son chemin. Puis, ce sentiment d’amour sur lequel elle n’arrive pas à mettre un visage…

            Une histoire vraiment appréciable. J’ai beaucoup aimé les moments partagés avec Anaïa et Eidan, sans oublier cette idée de donner un nouveau sens au mythe du phénix. Ce récit gagnerait cet été à trainer sur les serviettes de plage des adolescentes. Le seul bémol au tableau qui fait que je ne cris pas au coup de cœur : on devine trop facilement qui est le gentil et le méchant dans l’histoire mais aussi ce que représente Anaïa. Ce qui fait que parfois ça devient limite agaçant qu’elle n’arrive pas à se rappeler assez rapidement ce qu’elle est.

Commenter cet article